PARTAGER

Un communiqué de presse rendu public le vendredi 05 juin 2015 et reçu par l’ambassade du Burkina Faso à Washington indique que le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé le vendredi 05 juin 2015 à son siège à Washington, D.C aux Etats-Unis d’Amérique, les deuxième et troisième revues des résultats économiques obtenus par le Burkina Faso dans le cadre du programme triennal soutenu par la Facilité élargie de crédit (FEC) du FMI.

fmiLe Conseil d’administration du FMI approuve les deuxième et troisième revues de l’accord en faveur du Burkina Faso avec un décaissement de 32,36 millions de dollars.

Un communiqué de presse rendu public le vendredi 05 juin 2015 et reçu par l’ambassade du Burkina Faso à Washington indique que le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé le vendredi 05 juin 2015 à son siège à Washington, D.C aux Etats-Unis d’Amérique, les deuxième et troisième revues des résultats économiques obtenus par le Burkina Faso dans le cadre du programme triennal soutenu par la Facilité élargie de crédit (FEC) du FMI. L’approbation des deuxième et troisième revues ouvre ainsi la voie au décaissement immédiat de 23,03 millions de DTS (environ 32,36 millions de dollars), ce qui porte le total des décaissements au titre de cet accord à 28,13 millions de DTS (environ 39,52 millions de dollars).

Dans sa décision d’approuver les deux revues, le Conseil d’administration a aussi émis un avis favorable à la demande d’augmentation des ressources mises à disposition du Burkina au titre de l’accord ainsi que la demande de modification de critères de réalisation formulée par les autorités burkinabé.

Rappelons que l’accord triennal soutenu par la FEC d’un montant total de 27,09 millions de DTS (environ 41,9 millions de dollars, soit 45 % de la quote-part du Burkina Faso) a été approuvé par le Conseil d’administration en décembre 2013.

À l’issue des délibérations du Conseil d’administration du vendredi 05 mai 2015, Monsieur Min Zhu, Directeur général adjoint du FMI et Président par intérim du Conseil d’administration, a selon le communiqué de presse, fait la déclaration suivante :
« L’économie du Burkina Faso a été confrontée à de graves difficultés au cours de l’année écoulée en raison de la détérioration des termes de l’échange, des répercussions de la crise Ébola dans la région et de troubles politiques internes. À la veille des élections nationales qui se dérouleront en octobre 2015, le gouvernement de transition a cherché à préserver la stabilité macroéconomique et a engagé des réformes qui s’attaquent à des problèmes structurels de longue date. À l’appui de ces efforts, les autorités ont l’intention de continuer d’appliquer l’accord FEC existant avec le FMI”.
Monsieur Min Zhu a en outre indiqué que « la faiblesse des recettes et les retards dans le décaissement de l’aide budgétaire ont forcé une compression pro-cyclique des dépenses, surtout de l’investissement public. L’inflation est devenue négative en raison du ralentissement de la croissance et de la baisse des prix des produits alimentaires. Bien que la diminution de l’investissement ait réduit quelque peu le déficit des transactions extérieures courantes, le déséquilibre extérieur reste élevé et les réserves de change imputées ont baissé nettement”.

Il a enfin conclu qu’« en dépit de ces conditions très difficiles, les résultats du programme sont restés satisfaisants : la plupart des objectifs quantitatifs ont été atteints et la majorité des réformes structurelles ont été mise en œuvre. Globalement, les autorités ont démontré qu’elles étaient fermement déterminées à appliquer le programme économique appuyé par le FMI. Elles prennent des mesures pour accroître les recettes et contenir les salaires publics de manière à limiter l’impact d’un ajustement budgétaire nécessaire sur l’investissement. Les réformes à long terme qui sont en cours ont pour objectif de réduire les coûts dans les entreprises publiques et de s’attaquer aux goulots d’étranglement dans le secteur de l’énergie qui freinent une croissance solidaire et durable. »

Pierre WAONGO
Attaché de presse
Ambassade du Burkina Faso/Washington, D.C

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire