PARTAGER

«Les messages de communication politique n’ont pas suffisamment pris en compte la soif de changement qu’il y a dans notre société», estime l’universitaire Serge Théophile Balima, membre de la chaire de l’UNESCO sur le plateau de la RTB radio. Pour Valentine Sanou, docteure en Sémiotique littéraire «les affiches ont beaucoup joué sur les valeurs morales des présidentiables. Est-ce pertinent dans un contexte burkinabè? On est tenté de dire oui. Les valeurs d’honnêteté, d’intégrité et d’amour de la patrie sont des valeurs essentielles pour la population»

Laisser un commentaire