PARTAGER
Remi ZORINGRE, Journaliste photographe aux Editions Sidwaya

Le Burkina Faso a marqué d’une pierre blanche la commémoration du 55e anniversaire de son Indépendance  ce 11 décembre 2015. Cette commémoration a connu la décoration de civils, militaires et blessés de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 ainsi que ceux du putsch du 16 septembre 2015. A la suite de cette séance de décoration, s’en est suivie la parade de civiles et militaires sur l’Avenue de l’Indépendance. Voici quelques avis de citoyens Burkinabè sur cette commémoration !

Rémi ZOERINGRE, Journaliste photographe aux Editions Sidwaya :

Remi ZORINGRE, Journaliste photographe aux Editions Sidwaya
Remi ZOERINGRE, Journaliste photographe aux Editions Sidwaya

« Nous, hommes de médias, nous avons été mis à l’écart. C’est comme ce que l’on a souvent coutume dire, la » presse est la chose dont on s’en débarrasse après usage ».

Nous déplorons le fait que nous n’ayons pas été associés, puisque du côté de la décoration, nous n’avons pas été du tout pris en compte. Ils n’ont même pas songé aux journalistes victimes des événements des 30 et 31 octobre 2014; tout comme ceux des événements du 16 septembre 2015. Ce d’autant plus que c’est nous qui étions là pour les images, mais nous avons été royalement oublié. Je souhaite en tout état de cause bonne fête, mais ne perdons pas de vue qu’il y a quand même eu des ratés sur ce point ».

Monseigneur Paul OUEDRAOGO, Président de la Commission nationale de la réconciliation:

Le Président de la Commission nationale de la réconciliation, Mgr Paul OUEDRAOGO
Le Président de la Commission nationale de la réconciliation, Mgr Paul OUEDRAOGO

« Je pense qu’on a pu voir des démonstrations et des manifestations à la taille de ce que mérite le Burkina Faso après une année de Transition qui n’a pas été simple. Mais je pense qu’on peut se réjouir tous, parce que le navire, il est quand même arrivé à bon port.

Je pense que tous les Burkinabè sont confiants que là où nous sommes arrivés, nous le devons à Dieu. C’est Dieu qui a mis la main sur le Burkina et qui a fait que tous les efforts des uns et des autres ont abouti à ce que nous voyons aujourd’hui.

Et vraiment, il convient que nous lui rendions grâce et que nous lui disions merci de tout cœur ».

Boukari OUEDRAOGO, Commerçant de lubrifiants au Grand marché :

 

Commerçant de lubrifiants, Boukari OUEDRAOGO
Commerçant de lubrifiants, Boukari OUEDRAOGO

« On est content d’avoir reçu cette distinction, puisqu’on ne s’y attendait pas. C’est un signe qui prouve que nous avons aussi lutté. Vraiment en ce jour du 11 décembre 2015, date marquant la commémoration de la fête nationale du Burkina Faso, nous en sommes fiers.

Nous demandons au Bon Dieu que le Burkina Faso soit un pays de paix, un pays qui serve d’exemple aux autres. Ce ne sont que des sentiments de joie qui m’animent en ce jour ».

Moise NAPON, Président du Conseil économique et social (CES) :

Le Président du Conseil économique et social (CES), Moise NAPON
Le Président du Conseil économique et social (CES), Moise NAPON

« Je souhaite que le Burkina Faso renaisse avec une vision plus claire de son avenir. Que les Burkinabè se retrouvent, qu’ils travaillent ensemble pour la construction nationale. Qu’il y ait une vraie tolérance, qu’il y ait un vivre ensemble revécu et que ce pays devienne vraiment un pays où les hommes, les femmes, les jeunes, les enfants se trouvent toujours fiers et s’engagent pour le développement de ce pays ».

Michel KAFANDO, Président de la Transition :

L e président de la Transition, Michel KAFANDO
Le président de la Transition, Michel KAFANDO

« Cette journée nous a donné l’occasion pour cette fois-ci de nous imprégner de l’importance de l’unité, de la cohésion nationale à travers la célébration de notre fête nationale, fête du 11 décembre.

Je voudrais remercier tous ceux-là, les groupes civils, les groupes militaires qui ont participé à cet important défilé. Je voudrais remercier toutes les autorités et toute la population accourue ici en si bon nombre ce matin ici pour donner une tonalité forte à la célébration de notre fête nationale.

Je vous dis à tous bonne fête et vive le 56e anniversaire de notre fête nationale. Merci et Bonne journée à tous. »

Propos recueillis par : Bènonè Ib Der Bienvenue MEDAH

 

Laisser un commentaire