PARTAGER

En marge de la 19e édition de la JNP à Tenkodogo, le Président du Faso Roch Marc Christian KABORE a réagi à l’annulation des mandats d’arrêts contre notamment l’ancien Président Blaise COMPAORE et le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume SORO pour vice de forme. Il a laissé entendre que ce n’est que partie remise. 

IMG_7405

« Du fait qu’il y a la séparation des pouvoirs, je ne peux pas me permettre de commenter une décision de justice », a d’abord précisé le Président KABORE ce vendredi 29 avril 2016 à Tenkodogo à l’occasion de la 19e édition de la Journée nationale du paysan.

« Cependant« , poursuit-il, « il n’est pas question de lever les mandats d’arrêt. Ce que je peux dire, c’est que même dans leurs rêves les plus fous, ni Blaise Compaoré, ni ceux qui ont fait le coup d’Etat ne pensent que nous allons lever les mandats d’arrêt pour donner une suite à l’impunité et à la déstabilisation dans notre pays. Ça, vous pouvez en être sûrs. Je crois qu’eux-mêmes ne rêvent pas à ça », a rassuré le Président du Faso.

Concernant le mandat d’arrêt lancé contre Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Roch Marc Christian Kaboré avait dit vouloir privilégier la voie diplomatique. Cependant, le Chef de l’Etat a tenu à laisser entendre que le pouvoir exécutif est étranger à la décision de la Cour de cassation d’annuler les mandats.

Le Président dit avoir foi en la Justice, car pour lui, la justice sait très bien que ce qui a amené Blaise COMPAORE à quitter le pays et à se naturaliser ivoirien reste les problèmes pour lesquels il doit revenir répondre au Burkina Faso et que pour cela, il n’a pas le choix. « C’est la cause même de l’insurrection populaire. Je pense qu’il n’y a pas de quoi avoir peur, les choses vont rentrer dans l’ordre » dixit Roch Marc Christian KABORE.

Y Alain Didier COMPAORE

Laisser un commentaire