PARTAGER
le président de la CPF et au micro et à gauche le président des semenciers

La Confédération paysanne du Faso (CPF), à travers sa composante semenciers, a offert 50 tonnes de semences aux jeunes et aux femmes qui se sont lancés ou se lanceront dans ce secteur. Par ce geste, la CPF traduit sa volonté d’être en phase avec le thème de l’édition 2016 de journée national du paysan : « Agriculture et lutte contre le chômage: développer et soutenir l’entreprenariat agro-sylvo pastoral et faunique pour l’insertion socioprofessionnelle des jeunes. »

C'est le président de la chambre nationale d'agriculture qui a remis les engagements des paysans au PF
C’est le président de la chambre nationale d’agriculture qui a remis les engagements des paysans au PF

Dans le souci de faciliter l’insertion des jeunes, la Confédération paysanne du Faso (CPF) par le biais de ses semenciers offrent aux jeunes et femmes désireux d’embrasser le métier d’agriculteur et à ceux qui y sont déjà 50 tonnes de semences.

En plus de cette offre, les semenciers proposent à l’Etat que l’achat des semences de la saison 2016 soit payée en 2017. Des propositions que le chef de l’Etat Roch Marc Christian KABORE a appréciées à sa juste valeur.

le président de la CPF et au micro et à gauche le président des semenciers
le président de la CPF et au micro et à gauche le président des semenciers monsieur KINI

Le secteur agricole constitue la base de l’économie nationale burkinabè. C’est le plus pourvoyeur d’emploi avec environ 86% de la population active. Sa part contributive dans le Produit intérieur brut est estimée à 34% et est la principale source de revenu des ménages agricoles, selon le ministère de l’Agriculture et la sécurité alimentaire.

Ces statistiques peuvent être encore plus éloquentes s’il y a de plus en plus les jeunes qui s’investissent dans le secteur. D’où le choix du thème de la présente édition de la JNP: « Agriculture et lutte contre le chômage: développer et soutenir l’entreprenariat agro-sylvo pastoral et faunique pour l’insertion socioprofessionnelle des jeunes. »

Y Alain Didier COMPAORE

Laisser un commentaire