PARTAGER
Yempabou OUOBA en séance de saisie sur ordinateur

A Mahadaga dans la Commune de Logobou, un infirme moteur cérébral fait la fierté de tout un village. Yempabou OUOBA a fréquenté la classe de CM1 avant de se lancer dans le commerce. Aujourd’hui il gagne bien sa vie au côté de sa dulcinée avec qui il fonde l’espoir d’avoir des enfants.

Yempabou OUOBA est atteint d’Infirmité Motrice Cérébrale. Une maladie appelée encore Paralysie Cérébrale. Selon les spécialistes de santé, elle résulte de lésions survenues sur le cerveau en développement du fœtus ou du nourrisson.

Ces lésions cérébrales non progressives provoquent un ensemble de troubles permanents du mouvement et de la posture, responsables de limitations d’activités.

YempagouGrâce au Centre Handicapés en Avant de Mahadaga, il apprend comment contourner son handicap moteur. « Depuis mon CP1 », explique Yempabou OUOBA, « je ne pouvais pas écrire. J’étais en classe seulement pour écouter et répondre aux questions. J’avais à ma disposition une dame qui recopiait mes leçons. Et lorsqu’il y a un devoir, je viens au Centre pour le traiter sur un ordinateur. Après ça, je tire le devoir et le soumet au maître pour corrections ».

Pour lui permettre de saisir un texte sur l’ordinateur, le personnel du Centre Handicapés en Avant de Mahadaga a libéré son génie créateur. En lieu et place des mains, c’est un bois en forme d’une règle, soigneusement attaché au front que Yempabou OUOBA arrive avec dextérité à dompter le clavier.

Elève studieux, Yempabou OUOBA va tenir jusqu’à la classe de CM1. Toujours premier ou deuxième de sa classe, il n’ira cependant pas plus loin, pour faute d’ordinateur. Celui du centre ayant été endommagé.

Yempabou OUOBA et son épouse devant leur boutique
Yempabou OUOBA et son épouse devant leur boutique

Aujourd’hui, il gagne bien sa vie comme commerçant au côté de sa femme. Dans sa boutique remplie de divers articles et électrifiée à l’aide de plaques solaires, il nous confie avoir par jour entre 7 000 et 12 000 Francs CFA. Ce qui lui permet de subvenir à ses besoins et réparer son tricycle en cas de panne. Il ajoute avec fierté qu’il vient de se marier et espère avoir des enfants.

A vingt cinq ans, Yempabou OUOBA est un bel exemple de combativité et de réussite. Il fait la fierté de tout un village.

Mamadou BA

 

Laisser un commentaire