PARTAGER
Le président du Faso, recevant le présient de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Monsieur Marcel Alain de SOUZA

Présent à New York dans le cadre de la 71e session de l’Assemblée générale de l’ONU, le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Monsieur Marcel Alain de SOUZA a été reçu en audience, le mercredi 21 septembre 2016 par le Président du Faso. Monsieur de SOUZA était accompagné d’entrepreneurs israéliens spécialisés dans la purification des eaux usées issues des industries minières.


A sa sortie d’audience, Monsieur Marcel Alain de SOUZA a confié à la presse être venu faire avec Roch Marc Christian KABORE, « le tour d’horizon des relations entre la CEDEAO et le Burkina Faso ».


A cette occasion, le président de la Commission de la CEDEAO a remercié le chef de l’Etat, et à travers lui tout le peuple burkinabè pour « l’appui en troupes aussi bien au Mali qu’en Guinée-Bissau. Je lui ai dit qu’incessamment, nous allons trouver les moyens pour réduire les arriérées que nous devons au Burkina Faso aussi bien en ce qui concerne le transfert des troupes que le matériel militaire et tout ce qui est dû également aux différentes primes pour les différentes troupes ».


Monsieur Marcel Alain de SOUZA a aussi relevé que le Président KABORE s’est montré soucieux de la pollution de l’environnement par les déchets chimiques provenant des industries minières dans son pays. C’est pour cette raison que nous avons parlé d’un sujet très important : il s’agit de la « purification de l’eau. La région était en contact avec Israël depuis plus de dix ans. Nous avons été informés qu’il y a des techniques uniques dans le monde qui se développent pour purifier l’eau qui provient des mines d’or.

Beaucoup de cyanure et de mercure provenant de l’extraction industrielle de l’or fait que les animaux meurent en buvant l’eau, les enfants également et parfois même la nappe phréatique est affectée. Cette contamination était déjà faite au Ghana et cette société travaille ardemment dans ce pays. Nous avons pu contacter le Ghana qui a dit que ça donne de très bons résultats pour que la nappe phréatique et les fleuves ne soient pas contaminés. Donc, la société est venue présenter sa technique et le Président lui a donné rendez-vous au Burkina pour avoir une séance de travail avec le ministre de l’Environnement et le ministre des Mines. Ils iront par la suite voir comment ça se passe au Ghana et revenir mettre le système au point pour qu’on purifie l’eau pour préserver la santé de la population », a conclu Monsieur Marcel Alain de SOUZA.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Laisser un commentaire