PARTAGER

Le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) annonce une grève générale de 72 heures pour compter du 3 octobre 2016. Dans un préavis de grève adressé au président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, le syndicat revendique entre autres l’amélioration conséquente des conditions de vie et de travail du personnel des médias publics, du SIG et des DCPM, la reconstitution de carrières des agents de la Communication et de la Culture, le rétablissement des rémunérations injustement coupées depuis 2012, l’arrêt des intimidations et des pressions sur les journalistes. Lisez plutôt!

Le Bureau national du SYNATIC dont le Secrétaire général, Siriki DRAME au milieu
Le Bureau national du SYNATIC dont le Secrétaire général, Siriki DRAME au milieu

Excellence Monsieur le Président du Faso,

Les 1er et 7 septembre 2016, les travailleurs de la RTB, des Editions Sidwaya, du SIG et des DCMP à l’appel du Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) ont observé respectivement des mots d’ordre de sit-in et de grève pour revendiquer de meilleures conditions de vie et de travail. Depuis, les autorités n’ont manifesté aucune volonté réelle d’examiner nos préoccupations et d’y apporter des solutions appropriées.

Depuis quelques années déjà, les travailleurs des médias publics, mobilisés au sein du Syndicat Autonome des Travailleurs de l’Information et de Culture (SYNATIC) n’ont de cesse d’interpeller les autorités en charge du ministère de la Communication sur les problèmes cruciaux qu’ils vivent au sein des différentes directions.

Suite au sit-in historique du 16 juillet 2013, les autorités du ministère de la Communication ont mis sur pied un ‘‘Comité de suivi des questions Sociales’’ qui a planché sur les différentes préoccupations des travailleurs des médias publics. Notre Syndicat a pris part activement aux travaux dudit comité dont les conclusions ont été validées sous le régime de la Transition, lors d’un atelier tripartite (ayant réuni les ministères en charge des Finances, de la Fonction publique et de la Communication), les 20 et 21 février 2015. Les conclusions qui y sont issues ont suscité beaucoup d’espoir au sein des travailleurs.

Mais force est de constater que depuis l’adoption des lois sur la presse le 4 novembre 2015, faisant des organes de presse publique des sociétés d’Etat et les instructions prises en Conseil des ministres le 25 novembre 2015 pour le règlement de la situation des agents de la Fonction publique, qui n’ont pas pu progresser dans leur carrière du fait de l’absence de concours professionnels, les travailleurs attendent toujours la satisfaction de leurs préoccupations. Des préoccupations qui portent sur l’amélioration conséquente des conditions de vie et de travail et la reconstitution de carrière des agents. A cela s’ajoute la remise en cause des acquis de l’Insurrection populaire au niveau des médias publics.

Le SYNATIC est au regret de constater que les réponses apportées à nos doléances par les nouvelles autorités en charge du ministère de la Communication, à ce jour, sont en deçà des attentes des travailleurs. Aucune mesure concrète n’a été mise en œuvre concernant les points majeurs de la plateforme. Les réponses données par les autorités sont vagues et sans échéances précises. C’est encore le cas pour la dernière correspondance reçue du ministre de la Communication le 5 septembre 2016.

A ce jour, le délai d’un an prévu dans les dispositions transitoires des lois sur la presse pour leur mise en œuvre a expiré. Au regard de l’insatisfaction et du manque de volonté réelle constatées jusque-là dans la résolution de leurs préoccupations, les travailleurs des médias publics (RTB, Sidwaya), du SIG et des DCPM, mobilisés au sein du SYNATIC, décident d’observer une grève générale de soixante-douze heures (72h) pour compter du 03 octobre à partir de minuit pour exiger :

I. L’amélioration conséquente des conditions de vie et de travail du personnel des médias publics du SIG et des DCPM ;

- La prise des décrets d’application de la loi pour le passage des EPE de la communication en société d’Etat dans les meilleurs délais avec comme date de prise d’effet le 1er janvier 2016.
-  L’adoption du décret portant SIG en tenant compte des préoccupations réelles des travailleurs
En attendant la mise en œuvre de la société d’Etat, le SYNATIC fait les propositions suivantes :
-  L’élaboration d’une nouvelle grille salariale pour le personnel des médias publics et du SIG
-  L’harmonisation et la revue à la hausse du montant de l’indemnité de code vestimentaire au taux de 200000 FCFA. Elle devra être servie à tous les journalistes et assimilés quel que soit leur lieu d’affectation ;
-  L’octroi d’une indemnité de risque au taux de 150000 FCFA à tous les travailleurs des médias publics et du SIG
-  L’octroi d’une prime de panier de 100000 FCFA aux travailleurs des médias publics et du SIG
-  Une augmentation de 100000 FCFA sur chaque indemnité déjà servie (Indemnité d’astreinte, indemnité de technicité, indemnité de logement)
-  La dotation des organes publics (RTB et Editions Sidwaya) en infrastructures et équipements modernes

II. La reconstitution de carrières des agents de la Communication et de la Culture :
-  Le reclassement des agents bloqués en B1, A2, et A3 depuis 2004 et une compensation pour ceux qui sont décédés ainsi que pour ceux qui ont été admis à la retraite ;
-  La résolution définitive de la question des compensations de cotisations à la CNSS et à la CARFO pour les agents contractuels de la RTB et des Editions Sidwaya afin de leur assurer au moins une retraite proportionnelle ainsi qu’une compensation pour ceux qui sont décédés et ceux qui sont admis à la retraite ;

-  La finalisation et la mise en œuvre du plan de carrière pour permettre aux contractuels des Editions Sidwaya et de la RTB de passer les concours professionnels ;
-  La matérialisation effective du recrutement des pigistes résiduels à la RTB.

III. Le rétablissement des rémunérations injustement coupées depuis 2012 : frais de production, primes RFI, frais de pylônes, frais de verres correcteurs,…

IV. L’arrêt des intimidations et des pressions de tout genre sur les journalistes dans le traitement de l’information dans le strict respect des règles d’éthique et de déontologie

A Ouagadougou, une marche pacifique, en direction du premier ministère, sera organisée le premier jour de grève.

Si à l’issue de ces actions des solutions satisfaisantes ne sont pas trouvées, le SYNATIC se réserve le droit d’engager des luttes multiformes pour faire aboutir ses justes et légitimes revendications.

Veuillez agréer, Excellence Monsieur le Président du Faso, l’expression de notre parfaite considération.

Pour le Bureau National
Le Secrétaire Général

Siriki DRAME

Laisser un commentaire