PARTAGER
Les agents des médias publics (RTB et Sidwaya), du SIG, des DCPM et des Centres émetteurs observant leur sit-in à la date de ce 1er septembre 2016

Les agents des médias publics (RTB, Sidwaya), du SIG et des DCPM, mobilisés au sein du Syndicat autonome des Travailleurs de l’Information et de la Culture (SYNATIC) ont observé un sit-in ce 1er septembre 2016 de 8h à 14h devant le ministère en charge de la Communication à Ouagadougou. Ils réclamaient, à travers cette journée de protestation, « l’amélioration conséquente des conditions de vie et de travail ».

Les agents des médias publics (RTB, Sidwaya), SIG et des DCPM en sit-in devant le ministère en charge de la Communication
Les agents des médias publics (RTB, Sidwaya), SIG et des DCPM en sit-in devant le ministère en charge de la Communication

« L’amélioration conséquente des conditions de vie et de travail du personnel des médias publics, du SIG et des DCPM ; l’harmonisation et la revue à la hausse du montant de l’indemnité de code vestimentaire qui est servie au taux de 9 000 F, 10 000 F, et 11 000 F respectivement à Sidwaya, à la RTB-Radio et à la RTB-Télé et son extension aux journalistes et techniciens affectés au SIG et dans les DCPM».

C’est entre autres autour de ces points de la plateforme minimale du Syndicat autonome des Travailleurs de l’Information et de la Culture (SYNATIC) qui ont conduit les agents des médias publics (RTB, Sidwaya), du Service d’Information et du Gouvernement et les Directions de la Communication et de la Presse ministérielle à observer le sit-in dans cette matinée du 1er septembre 2016.

Le Secrétaire général du SYNATIC, Siriki DRAME
Le Secrétaire général du SYNATIC, Siriki DRAME

« Nous entendons réclamer des rémunérations meilleures par rapport à ce que nous avons actuellement, qui sont en deçà de ce qui peut permettre à un homme ou à une femme de médias d’être à l’abri de la corruption, de la tentation et de faire surtout un travail professionnel. c’est le point essentiel qui nous réuni ici ce matin », a affirmé le secrétaire général du SYNATIC, Siriki DRAME.

La reconstruction de carrières de certains agents est une autre préoccupation du SYNATIC. De l’avis du Secrétaire DRAME, le processus n’a toujours pas encore été finalisé. Il a aussi déploré la non application de certaines dispositions des lois sur la presse adoptées sous la Transition en 2015. Il s’agit de la transformation des Editions Sidwaya et la Radiodiffusion Télévision du Burkina en société d’Etat, sachant que le délai indiqué pour ce faire expire le 4 septembre 2016.

Le Secrétaire général du syndicat dit «ne pas comprendre pourquoi les nouvelles autorités ne veulent pas mettre en œuvre cette loi qui permettra de résoudre en même temps l’amélioration des conditions de vie et de travail».

Le directeur de cabinet du ministre en charge de la Communication, Adama COULIBALY recvant la plate revendicative du SYNATIC
Le directeur de cabinet du ministre en charge de la Communication, Adama COULIBALY recevant la plate revendicative du SYNATIC

Au cours du sit-in, le SYNATIC a remis sa plate-forme revendicative au directeur de cabinet du ministre en charge de la Communication, Adama COULIBALY, qui a promis de la transmettre à qui de droit. Aussi, a-t-il rassuré le syndicat que l’amélioration des conditions de vie et de travail des professionnels des médias publics tient à cœur le ministre en charge de la Communication, Rémis Fulgance DANDJINOU.

Le SYNATIC, pour sa part, s’est réjoui de la mobilisation des travailleurs tant à Ouagadougou que dans les régions estimée à 95%. Il a signalé que ce sit-in n’est qu’un avertissement. Passé ce sit-in, si rien n’est fait en vue de résoudre favorablement les revendications des travailleurs, ceux-ci iront en grève le 7 septembre 2016, a prévenu Siriki DRAME.

Bènonè Ib Der Bienvenue MEDAH

 

Laisser un commentaire