PARTAGER

Camarades militantes et militants, sympathisantes et sympathisants 

Camarades travailleuses et travailleurs de l’éducation de base

Le Bureau National du Syndicat National des Travailleurs de l’Education de Base(SY.NA.T.E.B) saisit l’occasion que nous offre la rentrée scolaire 2016-1017 pour vous adresser le présent message.

Camarades

Le Bureau National vous félicite pour votre engagement et votre constance dans la défense du courant syndical révolutionnaire de lutte de classes, ligne syndicale dans laquelle s’est inscrite notre organisation depuis   sa   création.   La   combativité   du   SY.NA.T.EB   a   permis,   au   fil   des   ans,   d’arracher   des   acquis historiques dont jouissent aujourd’hui les personnels de l’éducation (personnel de soutien, IAC, IC, IP, CPI, IEPD, enseignants affectés bureau, PAG, GRH…)  et les masses laborieuses de notre pays. Vous vous souviendrez sans doute, outre l’engagement de notre syndicat dans des organisations de lutte pour la défense des intérêts des masses exploitées, il a mené des combats pour, entre autres, la prise en charge  des   conférences   pédagogiques   et   des   sessions   de   formation, la prise en charge des maîtres conseillers dans les écoles d’application,  la relecture   du   nouveau   système d’évaluation et l’avancement d’échelon sans conditions de notes, la dotation des CEB en carburant, l’élaboration des fiches   de   préparation.   Ces   luttes   ont   été   menées  au   prix d’énormes  sacrifices, bravant entre autres des intimidations, des affectations  arbitraires, des menaces, des rejets de dossiers aux concours professionnels , des coupures arbitraires de salaire…, en  somme, de  répressions de  toutes  sortes, mais  notre syndicat  est  resté le même, imperturbable. Cependant, des défis énormes restent à être relevés tant au niveau de la mise en œuvre de la loi 081 portant statut général de la Fonction Publique à travers le reversement dans le nouveau barème de solde qu’au niveau du système éducatif dans son ensemble.

Camarades

Le contexte dans lequel débute l’année scolaire 2016-2017 est marqué entre autres  par :

  • la remise en cause par le gouvernement actuel des acquis du monde du travail et ceux liés à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et la résistance au putsch de type fasciste manqué du 16 septembre 2015;
  • les multiples implications liées à la nouvelle configuration   du   ministère   de   l’Education   Nationale   et   de   l’Alphabétisation (MENA) ;
  • les velléités de déstabilisation des organisations syndicales combattives ;
  • le mépris manifeste affiché par les autorités actuelles du MENA pour les revendications légitimes des travailleurs consignées dans nos plates-formes portées à leur

En effet, face aux revendications des travailleurs, le gouvernement a développé l’art de multiplier les déclarations sans poser les actes correspondants.

Cette   année   connaît   la   matérialisation   de   la   fusion   des   différents   ordres   d’enseignement.   Pour   le SY.NA.T.E.B, cette mutation institutionnelle devrait permettre une meilleure efficacité du système pour le bonheur   des   enfants   burkinabè.   Mais   à   l’examen   de   la   pratique,   notamment   la   définition   de l’organigramme, l’on se rend vite compte du danger que font planer les autorités sur l’avenir du système et   partant,   celui   des   enfants   burkinabè.   Cette  réorganisation   vient   s’ajouter   à   la   mise   en   œuvre catastrophique du continuum et risque de plonger pour longtemps le système éducatif dans une crise profonde sans précédent. Cette attitude, à coup sûr, ne profite pas à l’enfant du pauvre.

Camarades,

Ce sont les sacrifices des travailleurs du MENA qui  donnent   encore   un   visage   soutenable présentement  au   système éducatif.

Sinon, comment comprendre que le ministère ignore qu’il a pris des engagements clairs avec le SYNATEB, consignés dans des protocoles d’accord et qui l’obligent par exemple à octroyer 60 000 F de carburant par trimestre aux CEB, à organiser les différentes conférences ? Comment comprendre qu’il faille que le SYNATEB décrète le blocage des fiches de notation des stagiaires avant que le MENA ne solde ce qui revient de droit aux maîtres-conseillers ?

Comment comprendre que malgré le dépôt de notre plate-forme  revendicative et les relances, le MENA n’ait pas daigné recevoir le Bureau National pour une ouverture de négociations franches ? Cela témoigne du peu de soucis que le MENA a pour une efficacité des acteurs sur le terrain.

Au   cours   de   l’année   2015-2016,   le   MENA a   décidé,   unilatéralement,   de   faire   appliquer   la   journée du travail continu au primaire. Malgré les observations du SY.NA.T.E.B, le MENA n’a engagé aucune réflexion dans ce sens, en tout cas, pas avec la participation de notre syndicat. Par ailleurs, comme si la dotation des vivres aux écoles étaient une surprise, le MENA a voulu transformer les Directeurs  d’Ecoles  en transporteurs, ce qui a valu de notre part une réaction ferme. La position du SY.NA.T.E.B reste la même si les conditions de transport restent inchangées,  et  interpelle l’Etat pour une meilleure pratique dans l’acquisition et le transport des vivres au profit des élèves. Il ose affirmer qu’un audit de la gestion des vivres dans les conditions que nous avons connues serait révélateur d’un gaspillage de nos ressources.

Camarades,

Le Bureau National vous félicite pour votre constance et votre détermination à la lutte.

Il félicite vivement tous les acteurs qui se sont impliqués dans l’organisation et la tenue effective de la conférence pédagogique annuelle des enseignants, cadre de renforcement de capacité de ceux-ci acquis de hautes luttes par notre syndicat. Au demeurant, notre organisation se battra pour le renforcement de tous les espaces de formation continue de l’ensemble des personnels de notre ministère.

Au regard de ce tableau peu reluisant, il est fondé à   croire   que   seul   une   lutte   bien   organisée  peut contraindre  le   MENA  à   avoir   un   regard   attentif   sur   les multiples problèmes   qui se dressent progressivement   autour   de   nous.   C’est   pourquoi   le   Bureau National vous invite :

  • à accomplir vos tâches avec dévouement, dans l’esprit du code de bonne conduite ;
  • à rester serein quelles que soient les tentatives de démobilisation ;
  • à vous   mobiliser   davantage   et   à   travailler   à   élever   notre   niveau   de   conscience   politique   et syndicale ;
  • à vous tenir constamment prêts à répondre massivement aux mots d’ordre qu’il viendrait à lancer.

Le Bureau National, fidèle à la ligne syndicale révolutionnaire de lutte de classes, vous rassure qu’il défendra vaillamment les intérêts matériels et moraux de tous les travailleurs de l’éducation de base et des masses laborieuses.

Bonne et heureuse année scolaire 2016-2017 à toutes et à tous !

Pain et liberté pour le peuple !

Pour le Bureau National

Le Secrétaire Général

François de Salle YAMEOGO

Laisser un commentaire