PARTAGER

Nous sommes à deux étapes de la fin de la 29e édition du Tour du Faso. L’avant-dernière étape, longue de 131 km, a lieu ce 5 novembre 2016 entre Dédougou et Koudougou. L’étape finale se disputera entre Korsimogho et Ouagadougou (110.7 km). Pour l’heure c’est le Burkinabè Harouna ILBOUDO qui détient le maillot jaune, à 2 secondes seulement du Français Vincent GRACZIK. Une courte et précieuse avance que le coureur et son DTN compte garder avec la collaboration de ses coéquipiers.  

C’est la première fois depuis le début du Tour qu’un coureur conserve le maillot jaune plus de deux jours de suite. Harouna ILBOUDO est celui qui vient de faire cette prouesse après sa conservation du maillot jaune à l’issue de l’étape de Bobo-Dédougou. Une étape qui, en rappel a été remportée par l’Algérien Saidi NASSIM.

« Je suis confiant pour la suite » nous dit Harouna ILBOUDO. Pour lui, c’est bien vrai que l’écart ne tient qu’à un bout de file mais il pense qu’il y arrivera s’il « respecte les consignes de l’entraîneur avec la collaboration » avec ses équipiers.

« Vous savez, en cyclisme, tout est possible. Nous prions Dieu pour ne pas faire de chute. Vous-vous souvenez que c’est après la chute que Mathias SORGHO a perdu le maillot alors qu’il était bien parti pour terminer avec le maillot jaune ! Ainsi, nous implorons le Bon Dieu pour qu’il tende sa main sur nous. Pour revenir sur l’écart qui est entre Vincent GRACZIK et moi, personnellement je n’ai pas peur. Je crains plutôt les Erythéens mais comme le plus menaçant est à plus d’une minute, on va essayer de gérer et tenter de faire plaisir à nos supporters et au public sportif« , nous a confié Harouna ILBOUDO. 

Cet espoir de conserver le maillot jaune, son DTN, Martin SAWADOGO le nourrit également et y va de son analyse. « On a perdu le maillot à Ziniaré, on l’a récupéré à Bobo et on l’a conservé à Banfora. Je pense qu’il y a des chances de conserver le maillot jusqu’à Ouagadougou dans la mesure où les Etalons cyclistes se sont réveillés dans leur orgueil après toutes les difficultés subies. Ils respectent les consignes de la direction technique. Il y a une motivation, un engagement, un esprit collectif. C’est une course tactique. Aujourd’hui par exemple, ils ont roulé pour barrer et annuler toutes les attaques. Tous les autres comme Mathias Sorgho qui sont loin au temps travaillent tous pour la protection du maillot jaune. Donc, gagner le maillot avec un écart de 2 secondes et de dix secondes, c’est vraiment difficile car vous avez tout le monde contre vous. »

Pour le DTN M. SAWADOGO, l’équipe ne peut se permettre de suivre deux objectifs à la fois. « C’est possible, mais risqué » dit-il. « Nous avons préféré conserver le maillot jaune». 

En tout cas, c’est à la 9e étape entre Dédougou-Koudougou ce samedi 5 novembre que les choses vont se préciser.

Y. Alain Didier COMPAORE (sur la route du Tour)

Laisser un commentaire