PARTAGER
Le ministre en charge de la Sécurité, Simon COMPAORE entouré de son staff technique

Le ministre d’Etat, en charge de la Sécurité, Simon COMPAORE a animé une conférence de presse, ce jeudi 03 novembre 2016, à Ouagadougou. Plusieurs points à savoir l’incivisme routier, l’adoption du nouveau décret portant participation de la population à la mise en œuvre de la Police de proximité et  l’usage du gaz butane par les taximen ont été abordés au cours de cette conférence.

Le ministre de l'Administration territoriale de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon COMPAORE entouré de son staff technique
Le ministre de l’Administration territoriale de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon COMPAORE entouré de son staff technique

« Au cours de la période couvrant les mois de juillet, août, septembre et la 1re quinzaine du mois d’octobre 2016, ces opérations [lutte contre l’Incivisme] menées dans la ville de Ouagadougou ont permis la mise en fourrière de 10 958 engins à 2 et 3 roues et de 266 véhicules à 4 roues, la saisie de 1 110 cartes grises et de 1 195 permis de conduire», a précisé le ministre d’Etat Simon COMPAORE face à la presse ce jeudi 3 novembre 2016. 

De l’avis du ministre en charge de la Sécurité, les infractions commises à la base de ces actions sont entre autres: le non-respect des feux tricolores, le défaut d’immatriculation, le non-respect de la piste cyclable et l’usage manuel du téléphone portable au volant.

Le ministre COMPAORE a souligné au cours de cet échange que de nombreux incidents  ont émaillé certaines opérations. Ces incidents sont en l’occurrence les refus d’obtempérer, les outrages à agent et les tentatives d’homicide sur les agents en poste dans les carrefours.

Les hommes de médias présents à ce point de presse
Les hommes de médias présents à ce point de presse

Face à ces infractions, le ministre en charge de la Sécurité a indiqué qu’ une poursuite judiciaire engagée à l’encontre des fautifs a abouti au déferrement au parquet de 12 individus et la condamnation de 9 d’entre eux à des peines d’emprisonnement de 2 à 12 mois et des peines d’amende allant de 100 000 à 300 000 F CFA.

«101 millions 628 mille francs CFA au profit des budgets de l’Etat et des collectivités territoriales » 

Il a aussi évoqué, comme note positive, l’encaissement au profit des budgets de l’Etat et des collectivités territoriales de 101 millions 628 mille francs CFA.

S’agissant des dérives des mouvements d’autodéfense, le ministre COMPAORE a précisé que le gouvernement a adopté, lors du conseil des ministres du 05 octobre 2016, un décret portant définition de nouvelles modalités de participation des populations à la mise en oeuvre de la police de proximité au Burkina Faso. Cette police de proximité appelée Comités locaux de sécurité (CLS), mouvements d’autodéfense a désormais pour nom Structures communautaires locales de sécurité (SCLS), a-t-il poursuivi.

A en croire le ministre, le principe de la police de proximité suppose que l’Etat ne crée plus les structures de sécurité. Il laisse la liberté aux populations d’en créer, mais il a l’obligation de les encadrer.

Selon Simon COMPAORE, ces structures locales de sécurité ont un rôle de veille. Elles travailleront sous le contrôle des commissariats de police et/ou des structures compétentes. Les structures locales de sécurité sont libres de leur organisation et ne sauraient recevoir de «subside public, mais pourraient faire l’objet de distinctions honorifiques», car dit-il «des tournées d’explications au cours du mois de novembre 2016 sont envisagées avant sa mise ne oeuvre effective prévue pour décembre prochain».

Concernant les taxis utilisant toujours le gaz butane, le ministre COMPAORE se veut on ne peut plus clair. Il a déclaré que le délai fixé au syndicat des taximen pour repartir vers le fonctionnement normal à l’essence ou au gasoil est expiré.

A ce titre, il a indiqué que les contrôles reprendront, car  « la sécurité n’est pas quelque chose de marchandable. Lorsqu’il s’agit de prendre des dispositions pour  faire en sorte que des événements malheureux n’interviennent pas, on ne marchande pas. On s’assume ! », a-t-il martelé.

Bènonè Ib Der Bienvenue MEDAH

 

 

Laisser un commentaire