PARTAGER

C’est ce samedi 25 février que s’ouvre à Ouagadougou la 25e édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou. Pour les 20 films en compétition pour l’Etalons d’Or de Yennenga, le grand prix de la biennale, ils sont trois Burkinabè à se lancer à la conquête du titre. Qui sont-ils, allons à la découverte de leurs films.

Après Tilaï d’Idrissa Ouédraogo en 1991, Gaston Kaboré avec son film Buud Yam en 1997  est le dernier Burkinabè à brandir le trophée de l’Etalon d’Or de Yennenga du FESPACO. Vingt ans après, les cinéastes Burkinabè courent toujours derrière l’Etalon d’Or. Pour cette 25e édition, ils sont trois parmi les 20 films en compétition à la conquête du titre. Il s’agit de « Frontières » de Apolline Woye Traoré, «La foret de Niolo» de Adama Roamba, et « Thom » de Tahirou Tasséré Ouédraogo.

«La foret de Niolo» de Adama Roamba, 2016, 90 mn

C’est la première fois que Adama Rouamba est en lice pour la conquête du prestigieux trophée de l’Etalon de Yennenga avec son long métrage «La foret de Niolo». 

Synopsis: La vallée de Niolo abrite une forêt luxuriante très riche en ressources naturelles.  Entre le couple Aicha-Nathanaël (Aicha directrice de l’Ong Nature Verte et Nathanaël journaliste) qui lutte pour la préservation et la protection de l’environnement et Kader Traoré (ex-ministre des mines) une guerre sans merci se déclenche. Nathanaël est enlevé et tué. Son meurtre entraina une marche des femmes dans la capitale.

Biofilmographie: Issu d’un stage à la télévision nationale du Burkina Faso, Adama Roamba se perfectionne comme assistant auprès de cinéastes, tels que Dany Kouyaté, Gaston Kaboré. En 2003, il continue ses études au CLCF (Conservatoire Libre du cinéma français à Paris). Après son premier documentaire en 1994, « Reflet d’une vivacité culturelle », et sa première fiction, « Yango » en 1995, il signe le premier court métrage de fiction de sa trilogie, « Garba » en 1999.

« Thom » de Tahirou Tasséré Ouédraogo, 2015, 85 mn

Synopsis: Thom, 20 ans, est le fils aîné d’un riche industriel. Alors que ses parents souhaitent qu’il reprenne l’entreprise familiale, il est accepté dans une école de gastronomie à Paris où il avait secrètement candidaté. Pour fêter la nouvelle, il part en boite de nuit où il fait la rencontre de Jones, jeune prostituée de luxe qui rêve aussi d’un ailleurs. Leurs destins se croisent, le temps de tomber amoureux et de remettre leurs certitudes en question.

Biofilmographie: Réalisateur, scénariste et producteur burkinabè, Tahirou Tasséré OUEDRAOGO est né le 19 octobre 1966. Il est membre de la Guilde Africaine des Réalisateurs et Producteurs. Après une formation technique à l’Aformav de Paris, Tahirou Tasséré OUEDRAOGO étudie la mise en scène au CPAF et l’écriture de scénario à l’INA. Ses débuts de réalisateur remontent en 2000 avec le court-métrage « Le chauffeur du député ». Il a remporté le Poulain d’Or au FESPACO 2005 avec son court-métrage « L’autre mal ».

« Frontières » de Apolline Woye Traoré, 2017, 90 mn

Le films de Apolline Traoré sera la première œuvre cinématographique à être projetée parmi les films en compétition lors du 25e FESPACO.

Synopsis: Adjara, Emma, Sali et se rendent à Lagos. Les quatre femmes se rencontrent dans un bus sur le trajet Bamako, Cotonou via Ouagadougou. Pendant leur traversée, elles découvrent de beaux paysages de pays côtiers et sahéliens. Néanmoins, le voyage est un parcours de combattants.

Biofilmographie: Apolline woye TRAORE est née le 12 septembre 1976 à Ouagadougou, Burkina Faso. Elle obtient sa maitrise en Film en 1998 à l’université de Boston aux USA. Elle a, à son actif, deux  courts métrages (“The price of igngrance » en 1998 et « Kounandi » en 2003), trois séries télé (« Monia et Rama » en 2001, « Le Testament » en 2009 et «Eh! Les hommes Eh! Les femmes » en 2014), une émission télé (« M’Pama Fo » en 2009) et trois longs métrages («Sous la clarté de la lune » en 2005, « Moi-Zaphira » en 2013 et « Frontières »).

Y. Alain Didier Compaoré

Laisser un commentaire