PARTAGER

Les Etalons ont, un tout petit peu, compromis leur chance de qualification au Championnat d’Afrique des Nations de football (CHAN) Kenya 2018. Ils ont concédé ce samedi 12 août 2017 au stade du 4-Août un nul de 2 buts partout contre les Blacks stras locaux du Ghana. Un match nul qui compromet, par avance (même si rien n’est fait), la chance de qualification au match retour à Kumassi le 20 août 2017.

Les Etalons locaux de Drissa Malo Traoré dit Saboteur auront fort à faire au match retour à Accra pour la qualification au Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) Kenya 2018 après le nul (2-2) concédé à domicile ce samedi 12 août 2017.

Les Etalons ont pourtant bien entamé la partie avec une belle occasion de but dès la première minute avec Lassina Traoré. Ils multiplient les occasions mais n’en concrétisent aucune. Le réalisme des Blacks Stars ne s’est pas fait attendre. A la 13e mn Bakary Ouattara touche la balle de la main dans la surface de réparation et l’arbitre indique le point de pénalty. Adams Saddick ne tremble pas et ouvre le score. La mi-temps intervient sur ce score d’un but à zéro pour les visiteurs.

A la reprise, les Etalons repartent comme ils ont commencé la première période mais le montant sauve les Ghanéens de l’égalisation. L’espoir des Etalons renaît à la 54e avec Mohamed Silla qui remet les pendules à l’heure. Mais ce n’est qu’une joie de courte durée puisque les Ghanéens, suite à une mauvaise relance du portier Aboubacar Sawadogo, reprennent l’avance (1-2) par Waja Gideon.

Il ne fallait que ça pour que Saboteur jette son va-tout dans le match. Les ghanéens se retranchent dans leur camp et procède par des contres. Mohamed Silla, Blaise Yaméogo, Lassina Traoré multiplient les occasions mais la défense et le gardien des Blacks Stars sont infranchissables.

A la 79e Blaise Yaméogo cède sa place à Iliasse Sawadogo qui égalise dès sa première touche de balle. Un score qui n’évoluera plus jusqu’au coup de sifflet final. A deux buts partout, la qualification au  match retour, le 20 août prochain, à Kussami semble être difficile, mais pas impossible.

Y. Alain Didier Compaoré

Laisser un commentaire