PARTAGER
L' Iman de la grande Mosquée de Ouagadougou, El Hadj Aboubacar Sana

Les fidèles musulmans du Burkina Faso ont célébré ce vendredi 1er septembre 2017 la fête de Tabaski. Prières, sermons et sacrifices de l’Imam de la grande Mosquée de Ouagadougou,  Aboubacar Sana; tels ont été les temps forts  de la commémoration de cette fête à la place de la Révolution. L’imam Sana a, au cours de sa prêche, invité les musulmans à se départir du terrorisme et à prier pour les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) de sorte qu’elles puissent protéger le Pays des Hommes intègres.

Les Musulmans sur la Place de la Révolution

Ils sont nombreux musulmanes et musulmans qui ont effectué le déplacement de la Place de la Révolution  de Ouagadougou pour commémorer l’acte de piété du Prophète Abraham, ce vendredi 1er septembre 2017.

Le célébrant du jour, l’Imam de la grande Mosquée de Ouagadougou, El Hadj Aboubacar Sana a, au cours de la prière, formulé deux (2) rakats, non seulement pour magnifier l’acte de soumission à Dieu, mais aussi lui témoigner le sien.

En sus, à travers ses sermons,  l’Imam Sana a exhorté les musulmans à donner le bon exemple, à se départir du terrorisme et à prier pour les FDS afin qu’elles puissent assurer pleinement leurs missions qui sont les leurs.

L’immolation du bélier pour la Fête Aid El Kébir

L’immolation du bélier de l’Imam a été le dernier acte qui a mis fin à la cérémonie de prière. La viande de l’animal ainsi sacrifié sera subdivisée en 3 parts à savoir une pour sa famille, la 2e pour les voisins et les amis et la 3e pour les indigents. Ce geste traduit du même coup la solidarité et le partage, représentant la quintessence même de la Tabaski.

Le Cardinal Philippe Ouédraogo venu soutenir ses frères et soeurs Musulmans

A cette occasion, le Cardinal Philippe Ouédraogo, représentant l’Eglise Catholique est venu traduire le soutien des Chrétiens du Burkina Faso à leurs frères musulmans. «Aujourd’hui, c’est un grand jour pour nos frères et sœurs musulmans, comme l’enseigne la sagesse populaire de la Savane. Ce qui appartient au marigot, appartient au caïman. Au Burkina Faso, nous sommes les grains dans le même panier. Ethnie différente, de religion différente, c’est la famille burkinabè », a-t-il indiqué.

Au nom de cette famille et au nom de la famille des Catholiques, ajoute-t-il, « nous sommes venus, une fois de plus, pour témoigner à nos frères et sœurs musulmans, à l’occasion de la fête de Tabaski notre sympathie, notre solidarité et notre fraternité. Daigne le Seigneur nous exaucer pour que notre pays vive dans la paix et dans la cohésion sociale ».

Le président de Faso Autrement, Ablassé Ouédraogo

Bien des acteurs politiques ont aussi pris part à cette grande cérémonie de prière.  Au nombre de ceux-ci, on a le président du Faso autrement, Ablassé Ouédraogo qui invite l’ensemble des filles et fils du Burkina Faso à s’unir autour de l’intérêt commun qu’est celui de la Nation.

A ce titre, «  Je voudrais en ce jour particulier, demander à l’ensemble des Burkinabè, filles comme garçons, de toutes les confessions religieuses, y compris la tradition, de se mettre en prière pour demander à Dieu le Tout Puissant qu’il exorcise notre pays pour que la paix, le mieux vivre ensemble, l’amour reviennent dans notre pays », a-t-il formulé en substance.

Bènonè Ib Der Bienvenue Médah

 

 

Laisser un commentaire