PARTAGER

Ils sont cinq partis et formations politiques à être passés au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MATD) ce 23 novembre 2017 pour rentrer en possession de leur allocation de la subvention publique. D’un montant total de 500 millions de francs CFA, cette somme leur est accordée pour les activités hors campagne au titre de l’année 2017.   

Au regard des résultats des élections législatives du 29 novembre 2015, six (6) partis politiques remplissent les conditions d’allocation de la subvention publique. Finalement ils ne sont que cinq à rentrer en possession des 500 millions de FCFA qui leur sont alloués. En effet, un parti politique notamment l’ADF/RDA pour n’avoir pas déposé à temps son rapport financier ne profitera pas de cette subvention.

Ainsi le parti au pouvoir, le MPP reçoit une somme de 227 millions de FCFA. Le parti du lion, l’UPC premier parti de l’opposition empoche 134 millions, 86 500 000 F CFA pour le CDP, le NTD 27 200 000 F CFA et 24 550 000 F CFA pour l’UNIR/PS.

Zambendé Théodore Sawadogo du CDP

Pour Zambendé Théodore Sawadogo trésorier du CDP, « ce fonds est déjà géré, c’est une subvention qui est relative au fonctionnement du parti durant l’année 2017. Nous avons fonctionné sur fonds propres courant 2017 et les pièces serviront de justificatifs. « On nous demande de justifier sur 5 mois, il nous reste deux mois pour rentrer dans l’année 2018 c’est pas en deux mois que nous pourrons justifier ces 86 millions, donc  nous allons nous baser sur toutes les dépenses de l’année 2017 pour pouvoir nous justifier » , a t-il laissé entendre. « C’est vrai que c’est une bouffée d’oxygène mais nous souhaitons que la subvention nous soit accordée selon la réglementation en rigueur. C’est à dire en début d’année au plus tard en mois d’avril afin que nous puissions la justifier le mois de mars de l’année suivante » a conclut Théodore Sawadogo

Pour le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation Siméon Sawadogo, la remise des chèques aux partis politiques par l’entremise de son département est une volonté et un engagement du gouvernement à promouvoir les mesures de renforcement des partis politiques en vue de leur permettre d’exécuter efficacement les missions constitutionnelles à eux dévolues.

Le ministre a par ailleurs rappelé aux bénéficiaires l’impérieuse nécessité d’une gestion rigoureuse, saine et d’un respect scrupuleux des dispositions de la loi portant financement des partis politiques.

En effet, selon l’article 14 de la loi portant financement des partis politiques, « cette contribution de l’Etat est accordée à tous les partis ou formations politiques ayant obtenu au moins 3% des suffrages exprimés aux dernières élections législatives. La répartition s’effectue au prorata du nombre de suffrage obtenu. »

Y. Alain Didier Compaoré

 

 

 

Laisser un commentaire