PARTAGER
L’Ambassadeur Jacqueline Marie Zaba/Nkiéma et l’ensemble de ses collaborateurs plus qu’à jamais unis pour défendre et protéger les intérêts de la mère patrie

Le personnel de l’Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles a présenté ses vœux de bonne année à Son Excellence Madame (SE Mme) Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma, leur chef de mission ce vendredi 27 janvier 2018. Le moins que l’on puisse dire, si 2017 a été une année bien remplie, 2018 sera plus que menée au pas de charge.

Entourée d’une vingtaine de ses collaborateurs, Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma qui a pris fonction au dernier trimestre 2016 passe pour la première fois une année pleine de travail à Bruxelles. Cela permet de dresser un bilan plus exhaustif du travail abattu et d’envisager les défis.

C’est l’ambassadeur-représentant adjoint SEM Assane Tamboura qui, au nom de tout le personnel de l’Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles a présenté les vœux à SEMme Zaba. «Excellence Mme l’ambassadeur, permettez-moi au nom de l’ensemble de mes collègues et à mon nom propre, de vous souhaiter à vous et à tous vos proches, mes vœux les meilleurs pour l’année 2018. Que cette année soit une année de santé, de paix, de réussite et de prospérité pour vous», a dit SEM Tamboura. «Je souhaite que cette année soit une année de paix pour notre cher pays, une année de victoire sur l’insécurité et le terrorisme», a-t-il ajouté.

Avant de prononcer cette traditionnelle formule solennelle en pareilles circonstances, SEM Tamboura a dressé un bilan «non exhaustif» du travail qui a été abattu l’année dernière.

«Jeter un regard rétrospectif sur le passé nous permet de tirer leçon de nos expériences individuelles et collectives, heureuses ou malheureuses afin de donner meilleur sens à nos missions et ambitions», a-t-il indiqué.

L’ambassadeur-représentant adjoint est ainsi revenu sur les activités et les actions menées par l’Ambassade au cours de cette année 2017. Au premier trimestre 2017, SE Mme Zaba a présenté ses lettres de créances à quelques souverains ainsi qu’aux responsables des organisations internationales de sa juridiction. Elle a tour à tour présenté ses lettres l’accréditant comme ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à Sa Majesté Willem-Alexander, Roi des Pays-Bas puis à Son Altesse Royale Henri, Grand-Duc de Luxembourg respectivement le 19 avril et le 10 novembre 2017. Elle a également présenté ses lettres de créances de Représentant auprès de l’Union Européenne le 07 avril et de Représentant permanent auprès de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) à La Haye le 3 avril.

A côté de ces cérémonies protocolaires, l’Ambassade a été de toutes les initiatives pour la promotion des relations d’amitié et de coopération avec les pays de la juridiction. Elle a activement préparé la tenue de la septième Commission mixte permanente de coopération entre la Fédération de Wallonie/Bruxelles les 13 et 14 novembre à Ouagadougou et la première Commission mixte de coopération entre notre pays et le Royaume de Belgique le 24  novembre 2017 toujours à Ouagadougou quelques années après la reprise de la coopération. L’Ambassade a aussi participé le 13 septembre 2017 aux Assises de la coopération 2017 organisée par le gouvernement du Luxembourg en présence de notre ministre de l’Economie, des Finances et du Développement Mme Hadizatou Rosine Sori/Coulibaly.

Dans le cadre de sa mission de défense de la position de notre pays dans les instances internationale, l’Ambassade a pris activement part aux différentes instances statutaires et extraordinaires du Groupe des ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique), de l’OIAC°, de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), de la Cour pénale internationale (CPI) ou du Fonds des produits de base (CFC, de l’anglais Common Fund for Commidities), etc.

«Dans le cadre des actions de développement, nous avons maintenu un contact soutenu, régulier, permanent et intense avec toutes les institutions de l’Union européenne, un partenaire essentiel pour le développement de notre pays», a-t-il souligné.

Dans le cadre de la promotion des activités économiques et commerciales notamment, une mission économique d’hommes d’affaires belges conduite par la secrétaire d’Etat au Commerce extérieur Mme Cécile Jodogne a séjourné au Burkina Faso avec une quarantaine d’hommes d’affaires belges.

De même, une trentaine d’hommes d’affaires du Burkina Faso ont participé au Forum d’affaires d’Afrique de l’Ouest FAB FORUM organisé à Amsterdam par la Netherlands-African Business Council (NABC), la Chambre de commerce néerlandaise pour l’Afrique du 29 octobre au 3 novembre 2017.

Au niveau de la promotion des échanges culturels, l’Ambassade a participé le 27 septembre 2017 aux manifestations commémoratives de la fête de la communauté française de Belgique. Le 8 mai, elle était présente à la fête régionale de Bruxelles-capitale. Elle a surtout accueilli l’équipe organisatrice du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) dans le cadre de la tournée de lancement des activités de la 25ème édition du plus grand festival cinématographique africain.

L’Ambassade a par ailleurs eu des échanges avec l’Amicale des ressortissants burkinabè sur un Projet de promotion des langues nationales au sein de la diaspora burkinabè de la juridiction.

Dans sa mission de défense et de protection des Burkinabè de la juridiction justement, SEM l’ambassadeur Zaba a rencontré les Burkinabè résidant dans le Royaume des Pays-Bas avec l’ensemble du personnel à Amsterdam le 09 septembre 2017 et répond toujours présente aux côtés de nos compatriotes en prenant activement part aux activités qu’ils organisent mais aussi lors des moments de peine.

De nombreux défis pour 2018

L’Ambassade a toujours impliqué nos compatriotes dans ses activités. C’est ainsi que des membres de la communauté ont pris activement part à l’organisation des festivités du 57è anniversaire de l’indépendance de notre pays célébrée le 11 décembre 2017 à Bruxelles avec un franc succès sous la présidence du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’Extérieur, SEM Alpha Barry.

Félicitant ses collaborateurs pour les résultats engrangés, Mme l’ambassadeur a indiqué que 2018 sera sans repos pour tout le monde. En effet, c’est au pas de charge que cette nouvelle année s’amorce avec les préparatifs de la première conférence des donateurs du G5 Sahel prévu le 23 février à Bruxelles. Cette conférence devrait regrouper outre les dirigeants des cinq pays du G5 Sahel de nombreux dirigeants européens, des pays du Golf et des représentants d’organisations multilatérales comme la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds monétaire international (FMI) ou la Banque mondiale, tous membres de l’Alliance pour le Sahel.

«Pour l’année 2018, que nous venons d’entamer, plusieurs chantiers et de nombreux défis se dressent devant nous. Ces défis commanderont un plus grand engagement de chacune et chacun de vous afin que nous puissions dignement représenter notre pays dans cette juridiction stratégique pour la diplomatie et le développement de notre patrie», a indiqué Mme Zaba.

Elle a notamment cité le parachèvement de la série des présentations de ses lettres de créance en Irlande et à la Cour de Saint James autrement dit à la Reine d’Angleterre.

Dans le cadre de la coopération et de la défense de la position du Burkina Faso et de l’Afrique, Mme Zaba rejoindra dès le 1er février pour six mois, le Bureau du Comité des ambassadeurs du Groupe des Etats d’Afrique des Caraïbes et du Pacifique (ACP) concomitamment à sa désignation comme coordinatrice du Groupe des ambassadeurs d’Afrique de l’Ouest à Bruxelles. «Ce rôle de coordonnateur du Groupe des Ambassadeurs d’Afrique de l’Ouest va nécessiter de notre part ici à l’Ambassade une plus grande charge de travail en matière de préparation des rencontres de ce Groupe mais aussi des ACP», a-t-elle prévenu. Elle a rappelé que le Burkina Faso entre au Bureau du Comité des ambassadeurs dans une période très cruciale pour l’avenir des relations entre les ACP et l’UE. «En effet, comme vous le savez tous, nous sommes pleinement à la veille du début des négociations pour la conclusion d’un nouvel Accord post-Cotonou. Et ces six premiers mois de l’année sont cruciaux pour les ACP qui doivent arrêter définitivement les principes et les objectifs des discussions avec l’UE. Cette année ne sera donc pas de tout repos. Les enjeux, le contexte sont tels que notre responsabilité à tous, la responsabilité de notre pays est engagée parce que nous devons défendre avec honneur et dignité nos positions et tout cela ne se fera que sur la base de la qualité des documents que nous aurons préparés en amont», a-t-elle indiqué comme pour mettre la pression à ses collaborateurs.

Mme Zaba est également revenue sur les conséquences du BREXIT sur les relations entre la Grande Bretagne et l’Afrique et celles avec les ACP. «Les conséquences du BREXIT sur les accords commerciaux conclus par les pays africains avec l’UE, les ACP avec l’UE sont des enjeux sur lesquels nous serons amenés à travailler car, il nous faudra au sein des ACP et avec l’UE trouver une clarification sur les conséquences du BREXIT pour lequel l’UE elle-même n’a pas fini de faire l’inventaire et l’évaluation», a-t-elle indiqué.

«Outre la coordination du Groupe des pays d’Afrique de l’Ouest, mon entrée au Bureau du Comité des Ambassadeurs ACP, j’aurai à assumer la présidence du Comité de pilotage du Processus de Rabat en matière de migration en mai prochain, au sortir de la Conférence ministérielle qui se tiendra à Addis-Abeba (Ethiopie). Au vu de l’acuité de la problématique des migrations pour nos pays, au regard l’actualité dramatique sur la migration, nul besoin de rappeler ici les enjeux d’un tel rôle», a-t-elle rappelé.

«Nous devons suivre tous ces sujets sans occulter les questions bilatérales notamment l’urgence de la réouverture de l’Ambassade des Pays-Bas à Ouagadougou qui doit être un objectif pour lequel nous devons mobiliser nos énergies avec une stratégie claire», a dit Mme Zaba

Au plan national, elle a cité plusieurs chantiers à défricher cette année. Il s’agit notamment de la tenue du premier Forum de la diaspora burkinabè pour le premier semestre de l’année, annoncée par le Président du Faso, Son Excellence Roch Marc Christian Kaboré.

«Il nous faudra déjà nous mobiliser pour une réussite éclatante de ce Forum. Par ailleurs, il nous faudra nous mettre en ordre de bataille, dès cette année, pour la réalisation de l’engagement réaffirmé de SEM le Président du Faso pour la participation des Burkinabè de l’extérieur aux élections présidentielles et législatives de 2020», a-t-elle dit sous le regard attentif du délégué du Conseil supérieur des Burkinabè de l’extérieur (CSBE) M. Pierre Ouédraogo et du président de l’Association des Burkinabè de Belgique (ABB) M. Daouda Sanou.

«Chers collaborateurs, voilà brièvement entrevus quelques défis essentiels que nous devrions relever en cette année 2018. Je vous invite donc à redoubler d’efforts et à renouveler votre engagement dans la cohésion et l’entente collégiale ou tout au moins fraternelle, tout cela dans une synergie d’action pour la réussite dans nos missions. Je reste convaincue que malgré l’immensité de la tache votre engagement individuel et collectif ainsi que votre sens élevé du devoir, du service public et de l’honneur de la patrie auront raison de ces nombreux défis», a dit Mme Zaba.

L’ambassadeur du Burkina Faso à Bruxelles a rappelé que ces défis se présentent au moment où une bonne partie de l’équipe de collaborateurs sont en fin de mission. «C’est dire que l’Ambassade se vide. J’aurai eu peur si nous n’avions pas ce beau renfort qui est arrivé et que nous attendons par ailleurs au plus tôt et de pied ferme», a-t-elle dit en s’adressant visiblement à l’ambassadeur représentant adjoint SEM Assane Tamboura et au premier conseiller Ousmane Ba qui ont rejoint Bruxelles il y a quelques semaines.

Elle a rendu un vibrant hommage à tous ceux qui retournent au bercail et souhaité la bienvenue dans la capitale européenne aux nouveaux affectés et leur a dit toute sa confiance pour relever les défis qui se présentent en 2018.

«Je voudrais en retour, qu’il plaise à notre Seigneur, le Dieu de l’Univers, le Miséricordieux, accorder à chacun et à chacune de vous le succès dans vos projets, l’amour, la paix, la joie et le bonheur. Que cette année soit le couronnement de vos rêves les plus bienveillants pour vous et votre communauté : Puisse Dieu protéger notre pays des affres de la violence sous toutes ses formes et que notre Nation brille parmi toutes les nations du monde», a conclu Mme Zaba avant de lever le verre pour ces sobres mais sympathiques retrouvailles au cours desquelles quelques gallinacées ont été concassées.

Romaric Ollo HIEN

Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles

Laisser un commentaire