PARTAGER
Le ministre en charge de la Défense nationale du Niger, par ailleurs président en exercice du G5 Sahel, Kalla Moutari

Entamés dans la matinée de ce 13 mai 2018, les travaux du Conseil des ministres de la défense des pays membres du G5 Sahel présidé par le président Kalla Moutari se sont achevés cet après-midi. Du compte rendu de l’expert mauritanien en Défense et Sécurité, Général Znagui, on retiendra du communiqué final «la certification du fuseau centre » et l’assaut prochaine de la force conjointe contre les terroristes.

C’est en huit clos que les travaux de la 6e session ordinaire du comité de défense et de sécurité ont été tenus. Et l’expert mauritanien en Défense et Sécurité du G5 Sahel, Général Znagui a indiqué qu’après délibérations des points inscrits à l’ordre du jour, les ministres ont entériné les principales recommandations faites par le comité de Défense et de sécurité à savoir :

« L’adoption de la contribution des Etats au fonctionnement de la force conjointe du G5 Sahel ; le budget de défense du collège du G5 Sahel pour l’année académique 2018-2019. A ce titre, ils se sont engagés à s’acquitter desdites contributions dans les délais requis afin d’éviter le retard de planification ».

Les ministres ont aussi pris acte de la mise en place des troupes. Et le « fuseau centre ayant déjà été certifié », les ministres ont instruit la force d’entreprendre sans délai la certification des fuseaux Est et Ouest.

L’expert mauritanien en Défense et Sécurité du G5 Sahel, Général Znagui

En plus, le Général Znagui a souligné que les ministres ont été informé par les CEMGA, CEMA de l’autorisation accordée aux gradés de la force conjointe de signer les documents cadre de l’opérationnalisation de la force. A cela, il est prévu l’adoption d’un « projet d’accord entre le force Barkane et la force conjointe du G5 Sahel relatif à l’appui réciproque  entre les deux forces », d’un « protocole de génération de la force conjointe » et d’un «  projet de concept de déploiement de la force ».

«7e session ordinaire du comité de défense et de sécurité prévue à Bamako en novembre 2018»

Les ministres ont aussi recommandé la tenue d’une revue stratégique intégrant les évolutions de l’environnement opérationnel de la force conjointe du G5 Sahel avant la tenue de la 7e session ordinaire du comité de défense et de sécurité prévue à Bamako en novembre 2018.

Les chefs d’Etats-majors généraux lors de la clôture de la rencontre de la 6e session de Ouagadougou

Aussi, le secrétaire exécutif du G5 Sahel a-t-il fait l’état des réalisations du fonds judiciaire pour la force à la date de la réunion. A ce titre, ils ont adopté le projet de règlement portant création, autorisation, organisation et fonctionnement du centre sahélien d’analyse et d’alerte précoce et ont instruit le secrétariat permanent de les soumettre à la signature de la présidente du conseil des ministres.

Tout en adressant ses remerciements aux partenaires bilatéraux et multilatéraux qui ont fait des annonces de contributions au profit de la force conjointe du G5 Sahel, les ministres ont lancé un appel aux décaissements, dans les meilleurs délais, des fonds promis afin d’accélérer le processus d’opérationnalisation de la force et de ses organes de gestions et de contrôles.

Le conseil a exhorté les membres du conseil de sécurité des Nations unies à donner un mandat robuste qui lui confère la légitimité dont elle a besoin et des financements nécessaires à la réalisation de sa mission.

Le président en exercice du G5 Sahel, Kalla Moutari

Et pour ce qui est du retard de l’opérationnalisation du G5 Sahel attendue initialement le 31 mars 2018, le ministre en charge de la Défense nationale du Niger, par ailleurs président en exercice du G5 Sahel, Kalla Moutari dit rencontrer des difficultés  tant dans la génération des forces, que dans le financement. Mais, il reste tout de même convaincu  que ces forces sont aujourd’hui générées sur le terrain.

«La force G5 Sahel est prête à aller sur le front pour combattre le terrorisme»

Car, dit-il, « une des composantes de la force du G5 Sahel est le fuseau centre déjà certifié par les experts comme étant apte à être envoyé au combat. Les deux autres composantes de la force sont disponibles et nous avons appelé les experts qualifiés pour cela, à aller constater sur le terrain le niveau de ces forces en vue de les certifier et nous permettre de les déployer pour les opérations futures.  Voilà où nous en sommes aujourd’hui ». La force G5 Sahel est prête à aller sur le front pour combattre le terrorisme.

Quant au financement, le président en exercice du G5 Sahel a rassuré que les  pays membres ont pris « l’engagement de financer cette force le temps que vienne l’aide des autres pays et c’est sur cette voie que nous sommes ».

Kalla Moutari  rassure que de nos jours, « la force est soutenue par les pays membres tels le Rwanda qui vient d’octroyer un million de dollar et l’UEMOA qui vient d’annoncer sa contribution » .

Pour ce qui est de la date des premières patrouilles, M. Moutari dit « laisser cette décision  purement militaire, aux chefs militaires ».

Bènonè Ib Der Bienvenue Médah.  

 

 

 

Laisser un commentaire