PARTAGER

Au Burkina Faso, les personnes handicapées représentent 1,2% de la population totale du pays, 47,26% desdites personnes sont de sexe féminin. Les enfants handicapés quant à eux sont au nombre de 79 617.

Sur le plan de la répartition géographique, la majorité des personnes handicapées (81,41%) vit en milieu rural.

Des progrès ont été enregistrés en matière de développement humain mais, force est de reconnaitre que malgré les résultats obtenus, les personnes handicapées rencontrent de nombreuses difficultés dans tous les domaines (éducation, santé, communication, participation à la vie publique, transports, infrastructures, emploi et formation professionnelle, etc.).

A titre illustratif, seulement 12,7% des personnes handicapées ont fréquenté l’école formelle et 2% des personnes handicapées actives sont occupées.

Les principaux problèmes auxquels les personnes handicapées du Burkina Faso sont confrontées sont entre autres :

  • la difficulté d’accès aux services sociaux (santé, éducation, etc.) ;
  • la pauvreté ;
  • la persistance des pesanteurs socioculturelles en lien avec le handicap ;
  • les violences diverses (marginalisations, discriminations, exclusions, injustice sociale, sévices corporels, violences morales et psychologiques, viol, etc.) ;
  • la faiblesse organisationnelle du domaine du handicap et des personnes handicapées ;
  • l’insuffisance de données et de statistiques fiables sur le handicap ;
  • l’insuffisance des ressources allouées à la protection et à la promotion des personnes handicapées.

Pour pallier ces difficultés, le Burkina Faso a ratifié le 23 juillet 2009, la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) internalisée à travers la loi n°012-2010/AN du 1er avril 2010 portant protection et promotion des droits des personnes handicapées.

Aussi, a-t-il été créé le Conseil national multisectoriel pour la protection et la promotion des droits des personnes handicapées (COMUD/Handicap), organe d’orientation et de coordination de l’ensemble des actions à l’endroit des personnes handicapées, pour assurer le suivi de la mise en œuvre de la Convention et de la loi. Cette instance de décision a été dotée d’un Secrétariat Permanent.

En outre, la Stratégie nationale de protection et de promotion des personnes handicapées (SN-3PH) a été adoptée en 2012. Celle-ci est en phase de relecture afin de l’aligner aux Objectifs de développement durable (ODD) et au Plan national de développement économique et social (PNDES).

Cette vision s’est notamment traduite, au niveau de l’axe stratégique 2 du PNDES « développer le capital humain », par des indicateurs concernant les personnes handicapées. L’un des défis majeurs inscrits dans ce référentiel,  est de faire passer le taux des personnes handicapées actives occupées de 2,2% en 2015 à 50% en 2020 et la proportion d’étudiants en situation de handicap bénéficiant d’un appui spécifique de 11% en 2015 à 50% en 2020.

La matérialisation de cette volonté politique nécessite des concertations avec les personnes handicapées et tous les acteurs concernés.

C’est pourquoi, le ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille a pris l’initiative d’organiser un forum national conformément à l’engagement de Son Excellence Monsieur le Président du Faso.

Prévu pour se tenir les 20 et 21 juin 2018 à Ouagadougou, sous le thème « Autonomisation sociale et économique des personnes handicapées : Etat des lieux et perspectives », le forum national des personnes handicapées sera présidé par le Chef de l’Etat.

En prélude à ce forum, un certain nombre de d’activités ont été organisées. Il s’agit de : l’organisation de fora régionaux du 07 au 24 mai 2018  pour réfléchir sur les préoccupations et priorités des personnes handicapées ;

  • l’organisation d’un appel à projets au profit des personnes handicapées pour le financement de 2.325 projets individuels à raison de 200.000 francs CFA par projet ;
  • l’organisation d’une opération de délivrance de cartes d’invalidité en faveur des personnes handicapées dans les 45 provinces.

Les concertations régionales ont permis de formuler des doléances prioritaires par région à soumettre au Chef de l’Etat lors du dialogue direct.

Des activités connexes à l’autonomisation sociale et économique des personnes handicapées ont également été entreprises à l’occasion desdits ateliers. Il s’est agi surtout de l’opération de délivrance de cartes d’invalidité, du lancement d’appel à projets pour le financement de 1325 projets de personnes handicapées et des visites de structures de prise en charge de personnes handicapées dans les chefs-lieux de régions.

Un Panel le mercredi 20 juin 2018 au Palais des Sports de Ouaga 2000

Ce panel réunira environ mille (1000) personnes handicapées accompagnées de leurs guides. Au cours du panel, un accent particulier sera mis sur la problématique de l’emploi, du financement des activités économiques des personnes handicapées et la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) et son lien avec la protection et promotion des personnes handicapées.  De ce panel il est attendu des recommandations susceptibles de renforcer l’impact des politiques publiques et des initiatives communautaires en leur faveur.

Un Dialogue direct entre personnes handicapées et SEM le Président du Faso, jeudi 21 juin 2018 au Palais des Sports de Ouaga 2000

Les personnes handicapées venues de toutes les communes du Burkina Faso auront l’occasion d’échanger directement avec le Chef de l’Etat, en présence des membres  du Gouvernement.

En somme, ce forum constituera un véritable espace de partage de connaissances, de réflexion, de sensibilisation, d’interpellation et de plaidoyer pour l’inclusion effective des personnes handicapées au processus du développement du Burkina Faso.

Ministère de Femme, de la Solidarité Nationale et de la Famille

Laisser un commentaire