PARTAGER
Les commerçants remttant un plaidoyer au représentant du premier Ministre, Bamori Ouattara

La Coalition des Structures syndicales et Associations des commerçants du Burkina Faso (COSACBF) a organisé une marche de protestation ce 11 juin 2018 à Ouagadougou contre les grèves des agents du Ministère en charge de l’Economie. De la Maison du Peuple au Premier Ministère, les commerçants ont battu le pavé pour remettre un message sous forme de plaidoyer au représentant du Premier Ministre en vue de mettre fin à tous les mouvements d’humeur qui ont un « impact négatif sur les activités économiques nationales ».

Les commerçants disent en avoir assez des grèves au Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement. Banderoles et pancartes en mains, ils ont battu le macadam de la Maison du Peuple à la Primature pour exprimer leur coup de gueule.

Le porte-parole et président du mois de la Coalition des Structures syndicales et Associations des commerçants du Burkina Faso (COSACBF), Ibrahim Ouédraogo alias Akim estime que ces grèves « intempestives » sont ni plus, ni moins dirigées, non contre le gouvernement, mais contre eux.

Pour lui, ces grèves contre l’Etat bloquent leurs « marchandises au niveau des frontières», et leurs «documents au niveau du trésor public». « Ce sont les commerçants qui récoltent les pots cassés », a-t-il ajouté.

«Les commerçants exigent l’instauration de l’autorité de l’Etat»

Les marcheurs ont été accueillis par le Secrétaire général du Premier Ministère, Bamori Ouattara, représentant le Chef du gouvernement.

Les commerçants remettant un plaidoyer au représentant du Premier Ministre, Bamori Ouattara

Ibrahim Ouédraogo lui a remis un message invitant les autorités burkinabè à «Instaurer l’autorité de l’Etat en faisant respecter les textes en matière de  grèves et sit-in au Burkina Faso» et à  «poursuivre le dialogue avec les acteurs concernés pour une sortie de crise au fait de la relance économique».

M. Ouattara, après avoir reçu le plaidoyer, leur a promis de le transmettre à qui de droit. «  Il (Le Premier Ministre) me dit de vous dire que les doléances que vous venez de remettre, il va les examiner minutieusement avec l’ensemble du gouvernement. Ils vont voir comment ils vont faire pour régler les problèmes qui assaillent  le pays et qui sont assez préoccupants », a-t-il dit.

Ibrahim Ouédraogo a exhorté les organisations syndicales à privilégier le dialogue, avant de les inviter à prendre part à la conférence nationale du 12 juin, seul cadre qui permettra de résoudre les questions salariales du monde des travailleurs du public.

Bènonè Ib Der Bienvenue Médah

 

 

Laisser un commentaire