PARTAGER

Le Mémorial Thomas Sankara et le Balai citoyen ont tenu le 10 octobre 2018 à Ouagadougou un point de presse. Ils ont abordé l’espoir suscité après la déclassification du secret défense en France, la commémoration du 31e anniversaire de l’assassinat du Président Sankara mais aussi la construction du mémorial dédié au père de la Révolution Burkinabè.

Le Mémorial Thomas Sankara et le Balai citoyen veulent marquer d’une pierre blanche le 31e anniversaire de l’assassinant du président Thomas Isidore Sankara le 15 octobre 2018. Plusieurs activités vont meubler ce triste anniversaire.

Mais déjà le samedi 13 octobre à l’Amphi A600 de l’Université de Ouaga, il y aura un grand panel sur le thème « politique sécuritaire sous le CNR: quels enseignements pour la situation sécuritaire actuelle au Burkina Faso et en Afrique de l’ouest? ». Un panel qui sera animé par le Col. Pierre Ouédraogo, Secrétaire général national des CDR sous le CNR, le Dr Thomas Ouédraogo, directeur exécutif du CGD et du Col. Major Bernard Sanou, chef de corps et directeur du génie militaire sous le CNR.

Ensuite le dimanche 14 octobre à Pô à 19h sur la Place Nemaro, un film sur Thomas Sankara sera projeté, suivi de débat. La réouverture des souscriptions pour le mémorial sera également lancée.

Le lundi 15 octobre à 9h interviendra la pause symbolique de la première pierre du Mémorial Thomas Sankara, sous le parrainage du ministre de la Culture des Arts et du Tourisme. Puis s’en suivra une dédicace d’un livre intitulé « Thomas Sankara, Témoignage en toute vérité » du journaliste Charles Kiendrebéogo de Radio Burkina à 10h30 et une projection de film sur la vie et l’oeuvre de Sankara au siège du Balai citoyen à 20h.

Les conférenciers ont laissé entendre qu’au terme des travaux d’investigation effectués par le Comité international Mémorial Thomas Sankara (CIM-TS) aucune oeuvre ne satisfait aux exigences d’originalité et de respects des termes de référence du concours. Donc, il est infructueux c’est pourquoi un pôle de cabinet d’architectes des différents postulants sera constitué pour sortir l’architecture demandée.

Pour les animateurs de la conférences, tout sera mis en oeuvre pour parvenir au résultat escompté afin de donner un mémorial digne du nom du capitaine Thomas Sankara.

Outre la commémoration de l’anniversaire de l’assassinat du Président Sankara, les conférenciers sont également revenus sur la justice. Pour eux, la déclassification de certains dossiers jadis estampillés « secret d’Etat » et transmis au juge d’instruction donne un nouveau espoir de voir le jugement en 2019. Toutefois, le Col. Marjor Bernard Sanou et ses camarades pensent que d’autres pays comme la Côte d’Ivoire, la Libye, les USA, entre autres, devraient également accepter ouvrir leurs dossiers secret défense de la même période.

Y. Alain Didier Compaoré

Laisser un commentaire