Le Conseil des ministres s’est tenu, ce mercredi 24 juin 2020, sous la présidence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré.
Du compte-rendu du ministre porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou aux hommes des médias, l’on peut retenir :

Au département en charge de l’Administration territoriale, il a été adopté un rapport relatif au relèvement des pensions des agents des collectivités territoriales et de leurs ayants droits. Une solution qui permettra, dit-il, de soulager 750 agents concernés par ces relèvements. Par ailleurs, a ajouté le ministre Dandjinou, la question de la pension, en générale, fera l’objet de réflexion afin de régler définitivement la question.
Pour le compte du ministère en charge de l’Economie et du développement, le Conseil a adopté un décret relatif à un référentiel d’élaboration et d’exécution des contrats plans conclus entre l’Etat et les sociétés d’Etat. Et ce, afin d’éradiquer les insuffisances constatées dans la mise en œuvre de ces contrats plans.

Aussi, le Conseil des ministres a adopté un autre décret portant conditions et modalités de réparation des préjudices subies par des victimes enregistrés auprès du Haut Conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN). Selon le porte-parole du gouvernement, le montant des prétentions brutes cumulées formulées par les réclamants est de l’ordre de 57 milliards de FCFA.

Le ministre porte-parole du gouvernement a également fait cas de la situation de la commande publique adressée aux Petites et moyennes entreprises/Petites et moyennes industries (PME/PMI). Il a noté que les commandes publiques doivent être davantage adressées aux PME/PMI, selon les textes, tout en soulignant que les commandes publiques de 2019 ont effectivement respecté ces textes. Le Conseil a souhaité que les efforts soient renforcés afin de permettre une meilleure exécution des marchés attribués aux PME/PMI.

En outre, le ministre Dandjinou a répondu aux questions des journalistes concernant les accusations qui font croire qu’il aurait mis en place des conditions pour écarter certains organes de presse dans la répartition de la subvention de l’Etat, annoncé par le Président du Faso, aux organes privés en cette année 2020 et l’octroi des crédits disponibles au titre du Fonds d’appui à la presse privée (FAPP), afin d’accompagner le secteur des médias et des entreprises de la publicité. Il a souligné qu’il n’appartient pas au département en charge de la Communication de faire un quelconque partage, mais plutôt aux faitières, avec qui il a déjà échangé, de se concerter pour trouver la meilleure formule qui sied dans la répartition de cet accompagnement. Du reste, Rémis Dandjinou a promis de rencontrer ces organes de presse afin d’échanger sur cette question.

Quant à la réouverture des frontières et les inquiétudes liées aux risques de contamination au COVID-19, il a indiqué que le ministère en charge de la Santé s’active afin d’apporter les réponses adéquates, en temps opportun.

DCPM/Ministère de la Communication et des relations avec le parlement

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.