Roch Marc Christian Kaboré a été élu président du Faso en novembre 2015. A 63 ans, il brigue un second mandat sous les couleurs du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), un parti cocréé en 2014 avec ses camarades à la suite de sa démission du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP).
Né le 25 avril 1957 à Ouagadougou, Roch Marc Christian Kaboré. est le fils de Charles Bila Kaboré et d’Antonine Kaboré, tous deux enseignants de formation.
Il a fait ses études à l’école primaire publique Centre A de Ouagadougou puis à Tougan jusqu’en février 1968. Il revient à Ouagadougou en classe de CM2, à l’école primaire publique centre B, où il obtient le Certificat d’Etudes primaires élémentaires. Il fait ses études secondaires au collège Saint-Jean-Baptiste de la Salle à Ouagadougou où il obtient en 1972, le BEPC et le baccalauréat en 1975.
Le président Kaboré est un sportif émérite. Ancien scout, il a pratiqué le basket-ball, notamment au collège Saint Jean Baptiste de la Salle à Ouagadougou. Selon ses proches, l’homme est toujours calme et tempéré.
A l’université de Dijon, il étudie les sciences économiques, où il obtient en 1979, une Maîtrise en sciences économiques et gestion, puis un DESS en gestion en 1980 qui lui confère le Certificat d’aptitude en administration et gestion des entreprises.
De retour au Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré milite en pleine Révolution sankariste au sein de l’Union de lutte communiste-reconstruite (ULC-R). Le 4 août 1983, Thomas Sankara prend la tête du Conseil de la Révolution et s’installe au pouvoir. L’année suivante, Roch Marc Christian Kaboré, âgé de 27 ans, est nommé Directeur général de la Banque internationale du Burkina (B.I.B.), poste qu’il occupe jusqu’en 1989, date à laquelle il est nommé par le chef de l’État, Blaise Compaoré, ministre des Transports et de la Communication.
En 1990, il devient Ministre d’État. En 1991, il devient Ministre chargé de l’Action Gouvernementale. En mai 1992, il est élu Député de la province du Kadiogo au sein de l’Organisation pour la Démocratie Populaire – Mouvement du travail (ODP-MT). Entre 1992 et 1993, il occupe successivement les postes de Ministre des Finances, puis chargé des Relations avec les institutions.
Du 22 mars 1994 au 6 février 1996, Roch Marc Christian Kaboré est nommé Premier ministre par Blaise Compaoré qui compte sur son expérience de banquier pour atténuer les effets de la dévaluation.
En mai 1997, il devient Premier vice-président de l’Assemblée nationale. Il est reconduit lors des élections législatives de 2002 et le 6 juin de la même année, il accède à la présidence de l’Assemblée nationale, poste qu’il occupe pendant dix ans.
Secrétaire exécutif du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), depuis 1999, Roch Marc Christian Kaboré en devient le président en 2003.
Le 4 janvier 2014, Roch Marc Christian Kaboré, Simon Compaoré et Salif Diallo démissionnent du CDP, en signant une lettre ouverte dans laquelle ils dénoncent la  «caporalisation»  du parti et «ses méthodes de gestion fondées sur l’exclusion». Ils  seront suivis le lendemain par 72 autres membres du parti. Et ensemble, ils créent le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) et Roch Marc Christian Kaboré prend la tête. 
A l’issue des élections présidentielles du 29 novembre 2015, Roch Marc Christian Kaboré, candidat du MPP est élu président du Faso dès le premier tour avec 53,49% des voix. Le 29 décembre 2015, Roch Marc Christian Kaboré est investi président de la République et devient le neuvième président du Burkina Faso depuis son indépendance, et le troisième président civil après Maurice Yaméogo et Michel Kafando.
Le président Kaboré est marié et père de trois (3) enfants
Daniel Ouédraogo

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.