PARTAGER

Le camp vacance basket de l’association sport culture et environnement a 20 ans cette année. Un 20e anniversaire qui sera marqué par la pose de la première pierre de son académie de  basket et un tournoi U15 garçons des équipes du Burkina mais aussi de la sous-région. Les détails ont été donnés ce 17 juillet 2018 à Ouagadougou par l’Association lors d’un point de presse.  

Ils sont 500 enfants garçons et filles de 3 à 19 ans attendus au camp vacance basket de l’association sport culture et environnement. Un camp qui célèbre ses 20 ans cette année. Pour cette édition anniversaire, le camp se penchera sur le thème « quelle orientation pour une jeunesse plus sportive et citoyenne ? »

Pour son promoteur Mamoudou Zoungrana dit Baner le camp se déroulera du 21 juillet au 26 août à Ouagadougou à Bobo Dioulasso à Ouahigouya mais également à Dori.  Outre le basket, d’autres activités comme la danse, la sensibilisation sur l’environnement, la toxicomanie, le lavage des mains, la circulation routière, l’extrémisme violent et le civisme sont enseignés aux campeurs.

Pour son 20e anniversaire un tournoi U15 de basket sera organisé pour les équipes du Burkina mais aussi de la sous-région à savoir le Niger, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Bénin, le Togo et la France. Ce tournoi se tiendra du 23 au 26 août au palais des sports de Ouaga 2000.

L’ouverture du camp se fera le 21 juillet prochain au palais de la culture Jean Pierre Gingané et à partir du 13 août, tous les enfants seront regroupés au palais des sports de Ouaga 2000 pour la suite du camp. La participation au camp est de 20 000 FCFA plus deux photos d’identité donnant droit à une carte du camp. Elle peut se faire tous les jours ouvrables au Palais de la culture Jean Pierre Gingané, à la maison des jeunes et de la culture (MJCO).

« L’objectif du camp n’a pas varié » dira Baner, « il vise entre autre à contribuer à la promotion du sport et de la culture en général et du basket en particulier. » Le camp offre également un cadre sain de rencontre et d’épanouissement de la jeunesse du Burkina et ceux venant de l’extérieur. Il permet aussi aux enfants de se recréer et avoir la passion du basket, de connaître ou de découvrir la solidarité collective dans la victoire ou la défaite de respecter les règles ou l’adversaire.

Y. Alain Didier Compaoré

Laisser un commentaire