Le ministère des Sports et des Loisirs a dressé ce mardi 14 février 2017 à Ouagadougou le bilan de la participation du Burkina à la 31e CAN 2017 au Gabon. Pour un budget prévisionnel de plus de 3 milliards FCFA les dépenses totales en attendant les pièces justificatives d’autres dépenses effectuées s’élèvent à 2 milliards 600 millions de FCFA. Le nombre de la délégation est de 217 personnes dont 37 de la Fédération.

Deux milliards 600 millions de FCFA, c’est la dépense occasionnée par la participation du Burkina à la 31e Coupe d’Afrique des Nations CAN Gabon 2017. Une participation sanctionnée par une 3e place. C’est ce qui ressort du bilan dressé par le ministre des Sports et Loisirs et ses collaborateurs.

En terme de bilan financier et le selon le DAAF du ministère Vinent de Paul Nikièma, le budget prévisionnel pour la préparation et la participation à la compétition s’élève à 3 milliards 276 millions 862 600 F CFA. Le stage de préparation effectué au Maroc a coûté la somme de 903 millions 693 mille 226 F CFA. Le séjour en terre gabonaise, elle a mobilisé la somme d’un milliard 696 millions 027 mille 329 F CFA. Les dépenses totales cumulées avoisinent 2 milliards 600 millions F CFA. Il reste donc un reliquat de 146 millions 946 014 F CFA. Cependant assure Vincent de Paul Nikiéma, des dépenses non encore justifiées sont en cours de l’être.

Pour le ministre des Sports et Loisirs Tahirou Bangré, l’argent a été très difficile à mobiliser du fait que la participation à la CAN n’a pas été budgétisée au préalable. Il fallait alors selon lui puiser dans le budget du ministère. Pour lui, l’appel à la souscription pour la CAN n’a pas connu de succès. Seulement 53 000 F CFA ont été mobilisés. A cela s’ajoutent une contribution de 50 millions de F CFA de l’UEMOA et 10 autres millions de l’Assemblée nationale. “Ces contributions n’ont pas été dépensées et seront certainement reversées au trésor public” a rassurée le ministre Bangré.

Il remercie néanmoins les plus hautes autorités pour leur soutien et félicite les joueurs, l’encadrement technique, la fédération et l’ensemble du peuple Burkinabè pour le succès collectif.

Pour ce qui est de la délégation, 180 personnes ont été envoyées par le ministère des sports et des Loisirs. Une délégation composé de journalistes, de supporters et du personnel du ministère. A ces 180 s’ajoutent 37 personnes de la fédération burkinabè de football.

Afin de faire face aux imperfections constatées ça et là le ministre a laissé entendre que pour les prochaines fois, l’élaboration d’un cahier de charge s’avère nécessaire.

Y. Alain Didier COMPAORE