Le ministre en charge des Infrastructures, Eric Bougouma a lancé, ce 14 janvier 2020, la 2e phase du projet de réhabilitation et de bitumage des voiries urbaines des grandes villes du Burkina. Le lancement est intervenu sur la rue Bassi de Gounghin à Ouagadougou. Financés par le fonds spécial routier du Burkina (FSR-B), gestion 2019, les travaux de réhabilitation concerneront précisément les rues Bassi, 13.18, 13.56 et les voies d’accès à la Présidence du Faso pour un coût global de 2 243 308 915 F CFA.

Dans 6 mois, le calvaire des usagers et riverains de la rue Bassi de Gounghin ne sera plus qu’un souvenir. Et pour cause, la 2e phase du projet de réhabilitation et de bitumage des voiries urbaines du Burkina vient d’être lancée ce 14 janvier 2020. Les travaux de réhabilitation concerneront précisément les rues Bassi, 13.18 et 13.56 et les voies d’accès à la Présidence du Faso.

Ce  projet, de l’avis du ministre Eric Bougouma, permettra de faciliter la mobilité des biens et des personnes, d’améliorer le cadre de vie des populations et  de réduire les risques d’accidents de la circulation.

« Il s’agit de mettre en œuvre, un programme de réhabilitation et de bitumage de la voirie urbaine des grandes villes du Burkina Faso. La technique qui va être utilisée est une technique de réhabilitation en profondeur. La couche de fondation est reconstruite. C’est aussi la technique du ré-surfaçage », a-t-il indiqué.

Et d’ici la fin du mois de janvier, poursuit-il, d’autres travaux plus importants verront le jour avec le démarrage de la phase trois du projet. Toute chose, à en croire le maire de la capitale burkinabè, Armand Roland Pierre Béouindé permettra d’« améliorer la mobilité et le désenclavement desdits quartiers ».

Pour le  maire honoraire de la ville de Ouagadougou, Simon Compaoré, la réalisation de ces rues est la bienvenue pour les populations du secteur n°7 de la ville de Ouagadougou. « C’est une joie parce que cette infrastructure routière traverse d’importantes infrastructures. On pourra à nouveau circuler aisément. Et ça, c’est des prouesses de ceux qui gouvernent aujourd’hui », a souligné le président par intérim du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès), par ailleurs habitant dudit quartier.

Cette 2e phase du projet connaitra la réalisation de près de 4,200 kilomètres de routes. Pour ce qui est de la rue Bassi, Simon Compaoré s’est fait « contrôleur des contrôleurs » dans  la supervision des travaux.

Bènonè Ib Der Bienvenue Médah

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here