La Brigade Centrale de Lutte contre la Cybercriminalité (BCLCC) était face à la presse ce vendredi 18 septembre 2020 pour présenter un réseau de Cyber escrocs spécialisés dans l’arnaque en ligne.

Suite à plusieurs plaintes portées par des victimes, la Brigade Centrale de Lutte Contre la Cybercriminalité a ouvert une enquête ayant abouti à l’interpellation d’un réseau de Cyber escrocs spécialisés dans l’arnaque en ligne.

Au nombre de quatre, ces jeunes élèves et étudiants dont l’âge est compris entre 17 et 21 ans opéraient à travers la vente d’articles à prix imbattables. Ils se faisaient passés pour des tenanciers de boutiques de ventes en ligne d’articles dans les différentes grandes villes du Burkina Faso.

Ils collectionnent les articles de certains commerces ou des photos de personnes ayant un profil Facebook pour la création de faux profils et de fausses pages. Les victimes envoyaient l’argent via un numéro de téléphone affilié au système de transfert d’argent de ces opérateurs suivi de la photo de la CNIB. Ces dits comptes de transfert étaient ouverts grâce aux CNIB égarées.

Les membres du réseau promettaient aux victimes d’envoyer leurs articles via les compagnies de transport de la place ; une forme de livraison un peu partout au Burkina Faso. Malheureusement, les victimes ne rentreront jamais en possession de leurs articles après avoir rempli toutes les conditions.

Daniel Tapsoba, commerçant de profession a été victime de ce réseau de Cyber escrocs. Après avoir égaré sa CNIB, il s’est rendu compte que des personnes mal intentionnées utilisaient son nom pour faire des transactions. Suite à plusieurs coups de fil et de plaintes, il a lui-même décidé de porter plainte afin d’élucider cette situation.

Pour Bantida Samire Yoni, Commandant de la BCLCC, cette pratique a constitué un préjudice financier de plus de dix millions de Fcfa; elle est un frein au développement et à l’acceptation du e-commerce. Cela a également un impact négatif sur l’économie nationale.

Au cours de cette investigation, des objets tels que des CNIB, des SIM, des clés USB, des cartes visa, un ordinateur portable, des téléphones portables et une moto ont été saisis.

En seulement sept mois d’existence, la BCLCC qui a pour mission de lutter contre les infractions en matière informatique interpelle les internautes à plus de prudence et à toujours dénoncer tout cas suspect.

Sibdou Saratou Cissé

 

 

 

 

 

1 commentaire

  1. […] Daniel Tapsoba, commerçant de profession a été victime de ce réseau de Cyber escrocs. Après avoir égaré sa CNIB, il s’est rendu compte que des personnes mal intentionnées utilisaient son nom pour faire des transactions. Suite à plusieurs coups de fil et de plaintes, il a lui-même décidé de porter plainte afin d’élucider cette situation. … suite de l’article sur RTB […]

Comments are closed.