Le Burkina a commémoré la 160e Journée internationale de la Femme ce 8 mars 2017. La cérémonie officielle a été ponctuée par des allocutions, des décorations et un défilé civile et militaire sur l’Avenue de l’indépendance à Ouagadougou. Si à l’internationale le thème retenu est « les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50 – 50 d’ici à 2030 », au plan national c’est « la valeur morale de la personne humaine: responsabilité des communautés dans la lutte contre l’exclusion sociale des femmes » qui a été choisi.

C’est sur l’un des phénomènes préoccupants de l’heure à savoir l’exclusion sociale des femmes à travers le thème : « La valeur morale de la personne humaine: responsabilité des communautés dans la lutte contre l’exclusion sociale des femmes » qu’a été célébré le 8 mars 2017 au Burkina. C’est Sika Kaboré, l’épouse du chef de l’Etat qui a patronné la cérémonie.

A en croire le ministre de la Femme, de la solidarité nationale et de la Famille, Laure Zongo/Hien, dans certaines localités de notre pays, des personnes âgées, majoritairement des femmes, sont exclues chaque année de leurs communautés. Elles sont exclues suite à des allégations de sorcellerie après avoir subi des traitements inhumains et dégradants, notamment les sévices corporels, la lapidation et l’incendie de leurs habitations.

“Face  à cette situation de violation flagrante des droits humains les plus fondamentaux, il est de notre responsabilité de lutter contre ce phénomène”. C’est pourquoi, dit madame le ministre “nous exhortons les autorités coutumières et religieuses à user de leurs prérogatives pour veiller au respect de la dignité humaine à travers des actions d’accompagnement fortes et soutenues en faveur de la lutte contre l’exclusion sociale des femmes.”

Nous vous proposons la cérémonie en image

C’est le Lt Edwige Nama qui commandé les troupes

Y. Alain Didier Compaoré