PARTAGER

Les syndicats de L’Education de la Province du SOUM

A

Monsieur le Haut – Commissaire de la Province du Soum, DJIBO

Objet : Situation sécuritaire dans les établissements d’enseignement publics et privés de la Province du Soum

Monsieur le Haut-Commissaire, depuis Janvier 2015 la situation sécuritaire dans le Soum ne cesse de se dégrader. Pour preuve, nous notons les faits suivants :

  • Les attaques dans la ville même de Djibo ayant causé la mort d’un marabout
  • L’enlèvement du Docteur Eliot le 15 janvier 2016
  • L’attaque du commissariat de Koutougou en mai 2016
  • L’attaque des populations de Kéréboulé le 16 octobre 2016
  • L’attaque du camp militaire de Nassoumbou le 16 décembre 2016
  • Les menaces proférées contre les enseignants des écoles des zones de Diguel-Baraboulé-Nassoumbou en fin janvier 2017
  • L’assassinat d’un conseiller communal de Nassoumbou et son fils dans la zone de Titao en février 2017
  • Les récentes attaques des commissariats de Baraboulé-Tongomayel, la préfecture et la Mairie de Diguel le 28 février 2017
  • L’assassinat du Directeur de l’école de Kourfayel Salifou Badini le 03 mars 2017

Ce dernier fait a causé consternation et désolation au sein de la population. Les enseignants se sentant particulièrement visés ont déserté les écoles ; attitude du reste compréhensible.

En rappel, Monsieur le Haut-Commissaire, lors de sa visite le 30 janvier 2017, le Ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation a laissé entendre qu’il y aurait un dispositif sécuritaire renforcé, que les enseignants et les écoles seront sécurisées. Il a exhorté les enseignants à rester dans leurs postes, et accomplir leur mission dans la sérénité, sans pour autant en face du danger jouer au héro. Au regard de la recrudescence de l’insécurité ces derniers jours, nous constatons que le dispositif dont a parlé le Ministre semble un échec ; pire nous nous sentons davantage exposés.

Au vue de cette situation difficile, nos organisations syndicales exigent la sécurisation effective des établissements publics et privés (préscolaires-primaire-post primaire-secondaires) de la province afin de garantir le déroulement normal des activités pédagogiques.

En attendant la prise en compte diligente de cette préoccupation, nos organisations rappellent que dans un tel climat d’inquiétude, il est impossible de mener à bien les activités pédagogiques. Dispenser le savoir exige de la quiétude. Par conséquent, les travailleurs du secteur de l’enseignement-de tous les ordres-de la Province observent une suspension de toutes les activités pédagogiques sur l’étendue du territoire provincial. Il revient à l’Autorité de prendre des mesures sécuritaires adéquates. Notamment :

  • La réouverture des commissariats de police de Tongomayel-Baraboulé, leur dotation en matériels de défense suffisants et l’augmentation des effectifs
  • La multiplication des patrouilles de jour comme de nuit dans la Province
  • La présence plus renforcée et visible des Forces Défense sur l’étendue du territoire provincial

Monsieur le Haut-Commissaire, nos organisations syndicales reconnaissent les efforts louables fournis par nos forces de défense et de sécurité pour protéger les populations malgré le sous équipement, les effectifs réduits et la complexité de la guerre asymétrique ; elles œuvrent de leur mieux. Nous saluons cela à sa juste valeur.

Nous, représentants des organisations des travailleurs signataires de la présente déclaration, souhaitons et espérons une prompte réaction des Autorités en vue de la reprise effective des activités. Nos organisations restent ouvertes à toute concertation.

Djibo, le 06 mars 2017

Ont signé pour les organisations syndicales :

F-SYNTER

SNEAB

SNESS

SYNATEB

F-SYNAPEP

SYNAVES

UNITE D’ACTION SYNDICALE DU SOUM

COORDINATION DES SYNDICATS DE L’ENSEIGNEMENT ET DE L’EDUCATION DE LA PROVINCE DU SOUM

F-SYNTER-SNEAB-SYNATEB-F-SYNAPEP-SYNAVS

Laisser un commentaire