Le premier CASEM du ministère des Sports et des loisirs s’est tenu ce mercredi 26 avril à Ouagadougou. Il a été question des actions à mener pour relever le défi du Plan national de développement économique et social (PNDES).

Plusieurs communications ont ponctué le premier CASEM de l’année 2017 organisé par le ministère des Sports et des Loisirs. Ainsi, c’est autour du thème « Mise en œuvre du budget programme : enjeux, défis et perspectives du secteur des sports et des loisirs dans l’atteinte des objectifs du PNDES » que les travaux se sont articulés. Toutes les communications du jour ont abouti à l’adoption d’un projet politique national des sports et des loisirs.

Pour le ministre Taïrou Bangré ” la présente session nous a permis d’amender et de valider notre référentiel sectoriel en matière de développement des sports et des loisirs dans l’atteinte des objectifs du PNDES dans le cadre de la mise en œuvre du budget programme “ à l’issue des travaux.

Le ministre des Sports et loisirs, Tairou Bangré

Pour lui, tout sera mis en œuvre pour que les amendements et suggestions faits sur le projet politique national des sports et des loisirs soit pris en compte. Une politique qui d’ailleurs a pris déjà son envol avec  la construction d’infrastructures sportives. C’est ainsi que les terrains de sport des villes de Kaya, de Dédougou et Koudougou ont été revêtis de gazons synthétiques. Celui de la ville de Ouahigouya sera en chantier bientôt, a indiqué le ministre.

Et pour l’atteinte des objectifs, Taïrou Bangré prône  “le patriotisme, la probité, la rigueur, la transparence, l’efficacité, l’efficience et la redition des comptes” à ses collaborateurs.

« La mise en œuvre de cette politique augure des résultats qui puissent contribuer au rayonnement aussi bien national qu’international de notre pays. L’atteinte de ces résultats appelle à un engagement fort de l’ensemble des acteurs du domaine des sports et des loisirs », insiste Taïrou Bangré.

A travers le PNDES le minisère des sports et des Loisirs compte développer les infrastructures sportives et entend construire 26 centres de formations sportives de proximité d’ici à 2020.

Y. Alain Didier Compaoré