Le Haut Conseil du dialogue social (HCDS) a ouvert sa première session ordinaire à Ouagadougou ce 25 juillet 2019. Durant 15 jours, les conseillers vont se pencher sur le thème “syndicalisme et développement”.

Pour sa première session ordinaire de l’année, l’institution que dirige le Pr Domba Jean-Marc Palm, le Haut Conseil du dialogue social (HCDS) a choisi comme thème “syndicalisme et développement“. A travers ce thème, les participants que sont les conseillers sont amenés durant 15 jours à se pencher sur la problématiquement de la participation syndicale au développement du Burkina Faso. Une session qui a pour sous thème, “l’histoire du mouvement syndical mondial, le syndicalisme africain et burkinabè, le syndicalisme de développement dans le contexte burkinabè l’analyse budgétaire, la relation entre la macroéconomie et la microéconomie. Outre la réflexion sur le thème, ils examineront et adopteront le rapport d’activités de l’an 1 de l’institution.

Pour le président du HCDS, le choix du thème s’explique par le fait que “dans le contexte actuel du Burkina Faso, la recrudescence des mouvements sociaux aussi bien dans le secteur public que privé est un constat. Les fortes attentes des travailleurs en termes d’amélioration de vie et de travail sont des revendications légitimes. Mais, la relance de l’économie nationale, dans un contexte sécuritaire difficile, sont des préoccupations qui doivent trouver des solutions idoines. C’est au regard de cette situation que nous avons choisi comme thème de l’Assemblée plénière : syndicalisme et développement.

Pour lui, le dialogue social est un instrument de gouvernance et le vaste chantier de la gouvernance interpelle à la fois l’Etat, le patronat et les organisations syndicales qui constituent le socle sur lequel repose ce concept. Il poursuit en disant que l’Etat n’a plus le monopole de la détermination de l’intérêt général, d’où le choix du thème.

En effet, la participation et l’implication des travailleurs et du patronat au processus de décisions relatives à la conception, à la mise en œuvre et à l’évaluation des politiques publiques, est de nature à réduire les incompréhensions et les tensions sociales, a laissé entendre le président Palm.

Y.Alain Didier Compaoré