Le premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré a présidé la 11e session de l’Assemblée générale du Conseil national de Sécurité alimentaire, ce 23 décembre 2019. Cette session, placée sous le thème : « Protection sociale et sécurité alimentaire et nutritionnelle : quelle synergie pour renforcer les moyens d’existence des populations notamment dans un contexte d’insécurité », est assortie de trois (3) décisions en vue d’«améliorer la gouvernance de la sécurité alimentaire au Burkina Faso».

Ce sont trois décisions qui ont été prises à cette 11e Assemblée générale du Conseil national de Sécurité alimentaire (AG-CNSA) pour une meilleure synergie d’actions et de gestion des interventions en matière de Protection sociale et de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Il s’agit d’harmoniser d’ici 2020, les modalités d’intervention en matière de filets sociaux et de réponse à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition au Burkina dans un souci d’alignement des parties prenantes, d’accélérer la mise en place des services sociaux communaux (SSC) pour l’extension du registre unique à l’ensemble des communes et de faire du registre unique la base d’intervention dans les domaines de la protection sociale et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Dans son mot introductif, le premier ministre a rappelé que la situation traversée par le pays exige des citoyens un changement de stratégies dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. En effet,  il est urgent de prévoir, planifier et réduire les risques liés aux attaques pour mieux protéger les populations et leurs moyens de subsistance, en renforçant leur résilience.

La tenue de cette 11e Assemblée générale a permis, non seulement de faire l’état des lieux des recommandations des assemblées générales passées (la 9e et la 10e ), mais aussi de voir la mise en œuvre des décisions afin d’améliorer la gouvernance dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Dauda Sau, au nom des Partenaires techniques et financiers, a félicité le gouvernement burkinabè pour la mise en œuvre de plusieurs réformes et mesures en vue de renforcer la résilience des populations. Toutefois, il a souligné que des efforts restent encore à fournir pour créer des conditions idoines pour une résilience des populations.

Conscient de l’insécurité alimentaire qui pourrait gagner les 3 provinces que sont le Soum, le Loroum et le Bam, le Ministre en charge de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo dit prendre des dispositions afin que celles-ci ne basculent pas dans une situation grave. «Pour cela, nous avons pris des dispositions au niveau du gouvernement en stockant de plus de 100 000 tonnes de céréale afin de prévenir toute situation critique», a-t-il précisé.

Bènonè Ib Der Bienvenue Médah

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here