Dans l’optique de contribuer à la promotion des valeurs du vivre ensemble au sein des communautés religieuses, le ministère en charge de la Cohésion sociale a organisé le 30 décembre 2020 à Ouagadougou un symposium national sur la lutte contre le discours haineux et la radicalisation. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le directeur de Cabinet du MATDC, Vincent Sawadogo, représentant le ministre d’Etat.

Ce sont essentiellement des représentants de la Fédération des associations Islamiques du Burkina, de la Conférence épiscopale Burkina-Niger, de la Fédération des Eglises et missions évangéliques, de la Religion traditionnelle, des personnes de ressources et des responsables du ministère de l’Administration territoriale de la Décentralisation et de la Cohésion sociale qui prennent part à ce symposium national.

Le Directeur de Cabinet, représentant son ministre de tutelle, Vincent Sawadogo (au milieu)

Deuxième du genre, il est placé sous le thème : « Quelle contribution des leaders religieux à la lutte contre le discours haineux et la radicalisation dans un contexte de défi sécuritaire au Burkina Faso » et vise à stimuler la production d’idées pour la mise en œuvre d’un plan d’action pour la lutte contre les discours haineux et la radicalisation.

Le directeur de Cabinet du MATDC, représentant le ministre d’Etat, Vincent Sawadogo a indiqué dans son allocution que le président du Faso accorde une importance particulière à la cohésion sociale dans son projet de société. Il a souligné que le phénomène de radicalisation et d’extrémisme violents sont de plus en plus légion au Burkina Faso. Car, précise-t-il, « les nouvelles techniques de l’information et de la communication, en l’occurrence les réseaux sociaux constituent des terreaux fertiles de la propagation de ces discours et langages haineux ».

Le représentant de la conférence épiscopale Burkina – Niger, Abbé Etienne Kaboré

Le représentant de la conférence épiscopale Burkina-Niger, Abbé Etienne Kaboré a confié que les évêques du Burkina Faso œuvrent chaque jour pour que disparaisse tout discours qui puisse « engendrer la haine et la violence », car soutient-il, « aucune religion n’incite à la violence, aucune religion n’invite à la guerre ».

El Hadj Abdoul Rahmane Sana, représentant de la Fédération des Associations Islamiques du Burkina

Pour El Hadj Abdoul Rahmane Sana, représentant de la Fédération des Associations Islamiques du Burkina, l’Islam a toujours prôné une coexistence pacifique des communautés religieuses. Il a ajouté que l’Islam n’incite pas à une violence aveugle à l’encontre des autres religions. « Au contraire, nous devons nous comprendre, nous devons nous entendre dans notre vie de tous les jours. Cohabiter pacifiquement, c’est ce que l’Islam nous enseigne », a-t-il poursuivi.

Le représentant du Haut conseil de la chefferie traditionnelle au Burkina Faso, l’Emir du Liptako

Et au représentant du Haut conseil de la chefferie traditionnelle au Burkina Faso, l’Emir du Liptako de conclure que « la cohésion sociale, ce n’est pas juste la parole, c’est un comportement humain ».

Le représentant du ministère en charge du Culte a profité de cette occasion pour exhorter chaque participant dès son retour auprès de ses coreligionnaires « à véhiculer des messages et à oser des actions qui ramèneront la paix et la concorde au Burkina Faso »

Bènonè Ib Der Bienvenue Médah

 

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.