PARTAGER

Suite à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et à la résistance  au putsch du 16 septembre 2015, le gouvernement de la Transition a mené des actions sur le plan de la prise en charge psychosociale, prise en charge scolaire et la formation professionnelle, sur le plan alimentaire, sur le plan de l’appui aux activités génératrices de revenus et sur le plan sanitaire.

*Sur le plan de la prise en charge psychosociale :

Le Ministre de l’Action sociale et de la Solidarité nationale et a rendu une visite gouvernementale aux 31 familles des personnes décédées de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et aux 13 familles des personnes décédées lors du putsch manqué du 16 septembre 2015 en vue de présenter les condoléances de toute la Nation aux  familles éplorées et de leur apporter un soutien moral, tout en lançant un message de paix, de pardon, de tolérance et d’acceptation mutuelle.

Par ailleurs, une enveloppe financière de 200.000 F CFA a été apportée à chaque famille des personnes décédées de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, soit un montant total de 6.200.000 F CFA.

Concernant les 13 familles des personnes décédées lors du putsch manqué du 16 septembre 2015, chacune a reçu une enveloppe financière de 630.000 F CFA, soit un montant de 8.190.000 F CFA. Cette dotation provient du gouvernement et du Conseil national de la Transition.

*Sur le plan de la prise en charge scolaire et la formation professionnelle :

– Pour l’année scolaire 2014-2015, 17 enfants vulnérables de travailleurs de Joly Hôtel ont vu  leur reliquat  de frais de scolarité pris en charge par le Fonds National de Solidarité à hauteur de cinq cent sept mille deux cent cinquante (507 250) francs CFA ; un enfant  d’un travailleur de Tan-Aliz a bénéficié d’un appui de 175 000 F pour le reliquat de ses frais de formation professionnelle.

– Pour ce qui est de l’année scolaire 2015-2016, 420 enfants des familles endeuillées, des blessés et des travailleurs de Tan-Aliz , de Joli Hôtel et de Azalaï Hôtel ont bénéficié d’un appui financier de 31.500.000 F CFA, soit 75.000 F CFA par enfant pour leur scolarisation. Des besoins supplémentaires exprimés pour 18 975 000 FCFA sont en cours de paiement depuis le 30 octobre 2015.

– En ce qui concerne la formation professionnelle, il est prévu un appui financier à 12 Orphelins et enfants vulnérables (OEV) à raison de 300.000 F CFA par enfant, soit un montant total de 3.600.000 F CFA ; jusque-là un seul cas a été enregistré à ce niveau.

*Sur le plan alimentaire :

– Le Ministère de l’Action sociale et de la Solidarité nationale, à travers le Secrétariat permanent du Conseil National de Secours d’Urgence et de Réhabilitation (CONASUR), a apporté un soutien en vivres   pour une période allant de six (06) à douze (12) mois aux ayant-droits des personnes décédées, aux blessés et aux victimes collatérales de l’insurrection populaire. Le coût de cette assistance alimentaire s’élève à 51.089.650 F CFA ;

– Pour les ayant-droits des personnes décédées du putsch manqué du 16 septembre 2015, une assistance alimentaire dont le montant s’élève à 3.694.500 F CFA  leur a été apportée pour permettre d’organiser le deuil familial.

*Sur le plan de l’appui aux activités génératrices de revenus pour les blessés de l’insurrection populaire :

Pour l’appui en AGR, 13.800.000 F CFA sont disponibles au profit de  92 bénéficiaires, à raison de 150.000 F CFA par promoteur.  Sur les 54 dossiers reçus, 31 remplissant les conditions sont en cours de paiement.

* Sur le plan sanitaire :

En sus de la prise en charge sanitaire gratuite d’urgence des blessés dans les formations sanitaires publiques, le Ministère de l’action sociale et de la solidarité nationale  mène des enquêtes sociales et ce, aux fins de pouvoir prendre en charge les blessés ayant toujours des besoins de soins et/ou de matériel spécifique ainsi que de mobilité.

Deux (02) blessés ont bénéficié d’un appui financier de 222 000 FCFA et la maman d’un martyr de 647 600 FCFA pour des soins sur la base de leur demande.

De façon provisoire, l’enveloppe financière utilisée par le  Ministère de l’Action sociale et de la Solidarité nationale pour venir en aide aux victimes de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 peut être estimée à plus de 90.000.000 F CFA.

Pour les ayant-droits des victimes décédées du putsch manqué, les actions d’aide en urgence peuvent être estimées à 10.857.000 F CFA.

*Perspectives :

En termes de perspectives pour une prise en charge idoine des victimes des deux situations malheureuses (insurrection populaire et putsch manqué), le gouvernement a adopté  dix décrets, le 28 octobre 2015, pour organiser la prise en charge et l’accompagnement psycho-social, financier, sanitaire, scolaire et alimentaire des familles des martyrs.

Entre autres, ces mesures concernent :

  • l’octroi gratuit de logements à certaines victimes (08 veuf/veuves) ;
  • l’accès à un emploi pérenne pour certaines victimes (03 veuves) ;
  • l’appui à la création d’unités économiques individuelles pour certaines victimes (21 veufs/veuves) ;
  • l’appui financier aux ayant-droits des victimes (25 personnes) ;
  • l’appui scolaire et à la formation professionnelle des OEV (31 scolaire et 12 pour la formation professionnelle) ;
  • le soutien financier et médical aux blessés (955).

Le coût global de cette prise en charge est estimé à 242.675.000 F CFA.

Le Gouvernement de la Transition invite les citoyens à rester solidaires dans l’accompagnement des victimes pour leur épanouissement socioéconomique.

Le Service d’information du Gouvernement

Laisser un commentaire