PARTAGER

Le Laboratoire national des Bâtiments et des Travaux publics (LNBTP) a fait une visite du chantier de la direction générale de la Police nationale en construction à Ouagadougou ce vendredi 9 février 2018. Les techniciens du laboratoire se disent satisfaits quant aux respects des normes de qualité des entreprises sur le chantier à l’issue du contrôle. 

Le 14 septembre 2018, la direction générale de la Police nationale aura son nouveau siège. Un bâtiment de 7 niveaux (R+5) avec sous-sol sis au quartier Petit-Paris à Ouagadougou. L’ouvrage qui est sous le contrôle du Laboratoire national des Bâtiments et des Travaux publics (LNBTP) qui a fait une sortie de visite sur le site.

C’est le directeur général du LNBTP Daouda Zongo qui a conduit la mission de contrôle. Pour lui, sa société a en charge le contrôle de la construction de la DG de la Police nationale.  » Nous faisons le contrôle des matériaux, que ça soit le ciment, les agrégats, le fer et tous ce qui va participer à la construction jusqu’à la finition… Notre expertise doit être prompt afin de permettre à l’entreprise de poursuivre son chantier en toute quiétude. »

Certains contrôles peuvent se faire sur place sur le chantier, à laisser entendre Daouda Zongo. D’autres par contre doivent se faire par prélèvement suivi de contrôle au laboratoire. Il ajoute que des sorties sur le terrain se font de façon ponctuelle ou sur demande des entreprises. Pour le cas d’espèce, le DG juge satisfaisant la qualité des matériaux et le respect du cahier de charge soumis aux entreprises.

Nous avons trois missions essentielles sur ce chantier, nous confie Mohamed Yerbanga, ingénieur en génie civil au LNBTP. Il s’agit de la mission de contrôle technique, la mission de solidité et le volet matériaux de construction. « Nous avons tout d’abord validé tous les plans d’exécutions des structures qui ont été élaborés par la mission de contrôle et  approuvé toutes les méthodologies d’exécutions qui ont été proposées. Puis nous réceptionnons de façon pratique sur le terrain, les éléments qui ont été mis en oeuvre, comme le ferrage avant le temps de coulageTous les matériaux doivent répondre à un certain nombre de norme avant d’être utilisés sur le chantier » a conclut l’ingénieur Yerbanga.

Pour Lucien Zongo, ingénieur génie civil et directeur d’une entreprise sur le chantier tout se passe bien entre le LNBTP et son entreprise. Il donne rendez-vous le 14 septembre prochain pour la fin du chantier.

Y. Alain Didier Compaoré

 

Laisser un commentaire