Des syndicats et le Conseil National du Patronat Burkinabè (CNPB) apportent leur soutien au Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) du gouvernement. Ces partenaires sociaux apportent leur soutien à travers une déclaration conjointe rendue publique à la veille de la Conférence des partenaires du Burkina Faso, qui se tient les 7 et 8 décembre 2016 à Paris.

Télécharger la déclaration de soutien des partenaires sociaux du Burkina Faso au PNDES (pdf, 561 Ko)

DECLARATION DE SOUTIEN DES PARTENAIRES SOCIAUX DU BURKINA FASO AU PROGRAMME NATIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL (PNDES)

PREAMBULE

  • Considérant l’importance d’un document de référence pour le développement économique et social du Burkina Faso ;
  • Considérant la volonté des autorités de relancer l’économie par l’adoption du PNDES, suite aux crises socio politiques qu’a connues notre pays
  • Considérant les opportunités de création de richesses et d’emplois contenues dans le PNDES ;
  • Considérant que la promotion du travail décent est un des piliers du PNDES ;
  • Considérant que la transformation structurelle de notre économie pourrait apporter un plus aux travailleurs de l’économie informelle, qui constituent la majorité des travailleurs ;
  • Considérant le rôle de moteur de la croissance économique du secteur privé ;
  • Considérant l’importance du dialogue social entre les partenaires sociaux au Burkina Faso ;

Nous, partenaires sociaux du Burkina Faso, soucieux d’une relance durable de notre économie, de l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs et du peuple burkinabé ;

DECLARONS :

Soutenir le Programme National de Développement Economique et Social, en tant que politique de développement devant poser les bases d’un progrès socio-économique du Burkina Faso.

En effet, le Gouvernement du Burkina Faso en adoptant le PNDES, comme document de référence du développement, s’est imprégné du programme présidentiel, de la vision du Burkina 2025 et des engagements internationaux pris par notre pays

Les partenaires sociaux du Burkina tout en adhérant aux objectifs du PNDES de « transformer structurellement l’économie burkinabé, pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive, créatrice d’emplois décents pour tous et induisant l’amélioration du bien-être social », saluent sa vision de faire de notre pays, « une nation démocratique, unie et solidaire, transformant la structure de son économie et réalisant une croissance forte et inclusive, au moyen de modes de consommation et de production durables”.

La mise en œuvre de ce programme ambitieux estimé à plus de 15000 milliards de FCFA requiert l’apport de tous les burkinabé, d’abord, dont les partenaires sociaux et ensuite des partenaires extérieurs.

C’est pourquoi, les partenaires sociaux du Burkina Faso que nous sommes, (patronat et syndicats de travailleurs) approuvons ce grand plan d’action gouvernementale qui épouse la vision que nous avons pour le décollage de notre pays. Le contexte en lui-même nous interpelle, car le Burkina actuel n’est pas sans rappeler la Tunisie, dont les partenaires sociaux au temps fort de la crise que traversait leur pays ont joué un grand rôle dans sa stabilisation. Ce rôle a eu pour épine dorsale, le dialogue social inclusif qui a permis d’aplanir tout ce qui divise et de cimenter les acquis de cette nation.

Le Burkina Faso, est culturellement un pays de dialogue, qui privilégie également l’arbre à palabre, démarche qui a toujours guidé d’ailleurs les actions des partenaires sociaux.

A Paris, le Burkina est présent aujourd’hui pour inviter les investisseurs à venir faire des affaires, et nous en tant que, partenaires sociaux, pouvons affirmer du haut de cette tribune, que le Burkina Faso regorge d’opportunités et de potentialités.

Parlant d’affaires, le climat y afférent est des plus attractifs, car le dialogue permanent, la paix et la cohésion sociale sont des réalités, ce qui n’était pas une évidence il y a quelques années, vu que le pays sort d’une période post insurrectionnelle et post transition, deux contextes à risque, qui occasionnent forcement des ruptures qu’il faut parvenir à équilibrer.

Les 7 et 8 décembre 2016, dans cette belle capitale française, le Burkina est venu pour montrer et parler de son environnement des affaires, mais qui dit affaire dit conjoncture politique et sociale, deux fondements qui sont aujourd’hui au beau fixe au Burkina, et qu’il faut œuvrer à consolider.

En tant que partenaires sociaux arrimés au tryptique: dialogue cohésion — paix avec in fine, qui privilégie l’intérêt général, nous encourageons le gouvernement burkinabé, à continuer dans sa politique de dialogue avec toutes les couches de la population ainsi que des partenaires extérieurs tels le Club de Paris et autres.

Nous disons que les partenaires du Burkina Faso ont tout à gagner en accompagnant notre pays, avec ce peuple dont le courage, les initiatives et les choix, de ces dernières années ont été unanimement salués par la communauté internationale. Le 16e sommet de la Francophonie qui vient de s’achever à Madagascar a fait plusieurs lauréats parmi les hommes et femmes du pays des hommes intègres.

Par conséquent, il serait même paradoxal et incompréhensible que les mêmes partenaires qui louent les avancées du Burkina, en matière de démocratie et de bonne gouvernance, ne daignent pas l’accompagner sur les chantiers du développement par un appui conséquent.

En effet, sur le chapitre de la bonne gouvernance, les partenaires sociaux que nous sommes, attachons du prix à la reddition des comptes et au travail de qualité.

Le Burkina est en train d’écrire une nouvelle page de son histoire et les partenaires sociaux engagés sur tous les chantiers du développement, de la démocratie ne seront pas en reste.

Le rôle des partenaires sociaux est de créer des richesses, d’accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre des politiques et programme de développement mais aussi d’être une veille pour attirer son attention sur les dérives qu’ils viendront à constater et aussi une veille pour la séparation des pouvoirs (Exécutif, Législatif, Judiciaire).

C’est pourquoi, nous sommes confiants que les partenaires dont les appuis sont attendus pour le financement du PNDES auront des interlocuteurs de qualité sur le terrain qui ne manégeront aucun effort pour leur apporter leur savoir-faire.

Financer le PNDES du Burkina Faso, c’est financer le développement durable, la bonne gouvernance et des conditions de vie meilleure pour des femmes et hommes du Burkina Faso.

Fait à Ouagadougou le 03 Décembre 2016

Liste des organisations syndicales signataires de la déclaration des partenaires sociaux de soutien au Programme National de Développement Economique et Social (PNDES)

CNTB

HIEN Biaise Augustin

Secrétaire Général

CSB

OUEDRAOGO Guy Olivier

Secrétaire Général

FO/UNS

El Hadj NANA Inoussa

Secrétaire Général

ONSL

KABORE N. Paul

Secrétaire Général

USTB

KOANDA Yamba Georges

Secrétaire Général

SNEA-B

BLEGNE Sema

Secrétaire Général

SAIB

OUEDRAOGO Pascal

Secrétaire Général

SYNTRAPOST

GOH Gilbert

Secrétaire Général

SYNATRAD

KADIOGO Mathias

Secrétaire Général

SYSFMAB

KABRE Honorine

Secrétaire Générale

SYNATIP.B

OUEDRAOGO Jean-Baptiste

Secrétaire Général

UGMB

KAGAMBEGA Bau

Secrétaire Général

SAMA.B

OUEDRAOGO Emmanuel

CNPB

NACOULMA Birahima Président