La fédération burkinabè de taekwondo a réuni à l’Institut des sciences des sports et du développement humain (ISSDH) à Ouagadougou, des jeunes taekwondoïnes de plusieurs écoles pour une compétition inter-écoles. Il s’agit pour la FBT de rassembler les jeunes praticiens pour renforcer la cohésion entre les différentes écoles le samedi 23 mars 2019.

Ils étaient des centaines de jeunes taekwondoïnes de cinq écoles à livrer des combats de prestiges et de démonstration de kata  devant des parents d’élèves venus nombreux voir le savoir faire de leurs enfants.

Pour le président de la Fédération burkinabè de Taekwondo Timbo Zongo, ” c’est une fête des enfants car elle permet aux élèves et aux écoles de taekwondo de se retrouver, de se familiariser les uns avec les autres. Ce sont des enfants et il faut leur inculquer les b-a-ba de la discipline.” Selon toujours le président, l’initiative existe depuis longtemps car à la FBT, l’objectif est de tout faire pour assurer la relève.

Le président Timbo Zongo de la fdération burkinabè de taekwondo

Les grandes échéances de la fédération cette année, c’est sans doute le championnat national junior le 6 avril, le championnat national senior le 4 mai, la coupe du président de la fédération mondiale de taekwondo au Maroc. Il y a également le championnat mondial à Manchester dans le mois de mai. Pour les Jeux olympiques de Tokyo, la FBT dit avoir placé l’athlète Faïçal Sawadogo dans un centre en Allemagne.

Andy Barré est promotrice et parent d’élève de taekwondo. Pour elle, le taekwondo est une discipline que chaque enfant doit pratiquer car il forge une maîtrise de soi. “Pour les enfants de cet âge, c’est très important car ils seront des sages de demain” dit-elle.

La soirée s’est terminée dans une ambiance bon enfant et les jeunes taekwondoïnes sont repartis les mains chargées de fournitures scolaires.

Y. Alain Didier Compaoré