PARTAGER
le 1er vice-Coordonnateur de l’Alliance, Me Bénéwendé Sankara (3e à partir de la d.)

La Coordination de l’Alliance des Partis de la Majorité présidentielle (APMP) a animé un point de presse sur l’  «agitation politique permanente de l’Opposition» et les attaques terroristes au Burkina Faso. Face à la presse, le 1er vice-Coordonnateur de l’Alliance, Me Bénéwendé Sankara s’est insurgé contre le CFOP qu’il accuse d' »instrumentaliser le peuple pour une nouvelle insurrection ».

« L’opposition n’est pas un contre-pouvoir, mais contre le pouvoir ». C’est ce qu’a affirmé le 1er vice-Coordonnateur de l’Alliance des Partis politiques de la Majorité présidentielle (APMP), Me Bénéwendé Sankara. Il s’est insurgé contre ce qu’il appelle les « agitations du CFOP », car, dit-il, l’ « Opposition cherche à instrumentaliser le peuple pour une nouvelle insurrection ».

Pour la Majorité, la marche du 29 septembre 2018 de l’Opposition politique burkinabè est loin d’être perçue d’un bon œil. Me Bénéwendé Sankara voit en cette marche une « courte échelle de l’Opposition burkinabè d’accéder au pouvoir d’Etat ».

« Le Chef de File de l’Opposition politique fait de la surenchère dans l’unique but de créer les conditions d’un mécontentement de nos populations déjà durement éprouvées par les attaques répétitives », a-t-il déclaré. A l’en croire, l’Opposition espère  ainsi « obtenir un soulèvement à nouveau des populations contre le pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré élu au 1er tour pour un mandat de 5 ans ».

De l’avis de la Majorité, l’Opposition ne fait pas preuve de contre-proposition quand elle fait à chaque semaine le procès d’un pouvoir. « Il est donc clair que le chef de l’opposition politique n’est plus un contre-pouvoir, il est contre le pouvoir et il ne s’en cache pas. Pour preuve, l’appel au peuple pour protester contre ce qu’elle appelle la gestion chaotique de notre pays, le CFOP méconnait les réalités socio-économiques de pays et ferme les yeux sur les réalisations du PNDES dont l’exécution à mi-parcours accrédite le gouvernement d’un taux de satisfaction de la plus grande majorité de notre peuple », a-t-il poursuivi..

Et avec les attaques terroristes visant à démembrer le pays pour y «sanctuariser des rebellions armées», les conférenciers du jour ont lancé un appel à l’ensemble du peuple Burkinabè à faire un front commun contre l’ennemi terroriste.

Bènonè Ib Der Bienvenue Médah

1 commentaire

  1. Tout le monde peut jouer à ce petit jeu, sauf maître Sankara Stansslas Bénéwendé qui semble subitement frappé d’une amnésie inqualifiable. Ne fut-il pas lui-même le Chef de file de l’Opposition dans un passé récent. Buvait-il « tranquilos » son petit lait? Le peuple lui, n’est pas amnésique quant aux diatribes servies à tout bout de champ contre le Président Blaise Compaoré et le CDP.

    Aujourd’hui, qu’il est de l’autre côté de la table en train de mouiller et huiler sa barbichette, il dénie au CFOP de jouer son rôle. On est où là? Un peu de décence, maître. Ce n’est pas fortuit que vos camarades de circonstances, notamment du MPP vous laissent jouer ce mauvais rôle tout en riant sous cape. Vous ne méritez pas de descendre aussi bas même si vous estimez que politiquement vous jouez votre dernière carte après avoir vendangé tout le capital péniblement acquis depuis deux décennies. Vraiment dommage pour les politiciens « tube digestifs » (dixit Pr issa Tiendrébéogo) qui ont une lecture à géométrie variable selon le côté de la table à manger où il se situe. Pauvre de nous burkinabè d’être entre les mains d’hommes sans foi ni loi.

Laisser un commentaire