Les entraîneurs et leurs badistes de six pays de la sous-régions étaient en stage de formation à Ouagadougou du 20 au 26 septembre.  Ils se sont familiarisés avec les techniques de schuttle time pour les entraîneurs et en jeu pour les jeunes badistes. Une formation organisée par la fédération burkinabè de badminton en collaboration avec l’Association francophone de badminiton (AFB) et la confédération africaine de badminton (BCA).

Ils sont 29 badistes, 8 coaches venus du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Mali, du Niger et du Burkina à prendre part au stage international de formation d’entraîneurs et de jeunes badistes. Ils ont bénéficié de l’expertise des formateurs venus du Bénin, de la Côte d’Ivoire et de la France.

Pour le représentant des formateurs Olivier Bim, il s’agit de la toute première formation de grandeur nature au Burkina. “Nous avons mis l’accent sur le schuttle time pour les entraîneurs et en technique de jeu pour les jeunes badistes. Nous pensons avoir été à la hauteur de leurs attentes” dit-il. Cette formation a pu se tenir grâce au soutien à l’Association francophone des badminton et à la fédération française de badminton.

Le président de la fédérartion burkinabè de badminton Pamoussa Zongo a tout d’abord remercié l’AFB pour d’une part avoir choisi le Burkina pour la tenue de cette formation. D’autre part, il a salué l’esprit de fraternité qui a régné tout au long du stage. ” Notre objectif est largement atteint, les joueurs tout comme les entraîneurs avaient besoin de rencontrer d’autres  badistes de niveau supérieur. Nous attendons un bon niveau de notre championnat avec les enseignements que nous avons tiré lors de la formation” a t-il indiqué.

A l’issue du stage une compétition a été organisée pour les badistes des 6 pays présents. Et c’est le Ghana qui s’est adjugé le trophée. Le Bénin se classe 2e suivi de la Côte d’Ivoire, du Burkina A, Burkina B et le Niger ferme le classement. Toutes les équipes ont reçu du matériel de badminton.

Y. Alain Didier Compaoré