Deux mois jour pour jour après le coup de force du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), la direction du MPP a exigé jeudi 24 mars 2022, la libération du Président Rock Marc Christian Kaboré, retenue en résidence surveillée.

Face à la presse, l’ex-président de l’Assemblée Nationale, Alassane Bala Sakandé, a laissé entendre que l’ancien président du Burkina n’est pas dans une résidence surveillée, mais plutôt une prison. Aussi, en deux mois, il a été déplacé deux fois ; sans compter qu’il est privé de son téléphone et de tout contact, en dehors de sa famille, son médecin et sa garde rapprochée, pour seulement une heure par jours.

“Si le coup d’Etat est lié à la situation sécuritaire, et si rien d’autre ne lui ai reproché, je pense en toute honnêteté que le Président Kaboré ne mérite pas cette situation. Nous avons écrit au Président Damiba pour demander à le rencontrer pour parler de la situation du Président Kaboré, mais nous n’avons pas eu de réponse” a-t-il indiqué.

Concernant les démissions en cascade de ces derniers jours, Alassane Bala Sakandé dit avoir été informé comme tout le monde et respecte le choix de ces militants même s’il y avait possibilité de discuter en interne. Il a également indiqué que l’adhésion est libre et la démission également et c’est également ça la vie des grands partis.

A propos des 17 véhicules retrouvés chez lui et les fonds qui doivent servir à la reconstruction du nouveau siège de l’Assemblée Nationale, l’ex président de l’Assemblée Nationale dément formellement en ajoutant comment sa maison de fonction pouvait contenir autant de véhicules ? Pour les fonds, il soutient qu’il est bel et bien placé dans une banque de la place, et même qu’il se trouve dans un compte bloqué.

Saratou Cissé